Catégories
Bogue

La vengeance des pingouins!

Hier à ma fête, j’ai eu plusieurs cadeaux de mon frère et sa blonde exploitant la thématique des pingouins, le symbole du système d’exploitation Linux. Eh bien faut croire que les pingouins n’ont pas beaucoup aimé (moi j’ai bien aimé, pourtant!), car ils se sont vengés hier soir et aujourd’hui. Voici comment, une vraie histoire d’horreur.

  • XBMC, mon lecteur multimédia sur mon HTPC Linux, a planté deux fois hier soir. Ça gelait et plus aucun contrôle ne répondait. Il fallait alors que je bascule sur la console texte et que je tue XBMC de façon brutale. En plus, la saisie de mon mot de passe trop complexe est devenu problématique, demandant entre trois et quatre essais chaque fois! J’ai fini par en mettre un plus simple, vraiment tanné de me faire embêter par ça!
  • Mon serveur de Minecraft, sous Linux, a eu des ratés parce que je pensais l’avoir mis à jour à FTB Unleashed 1.1.7 tandis qu’il exécutait toujours 1.1.3. Le client, désynchronisé, se plaignait, n’arrivant plus à établir la connexion vers le fabuleux univers de Taowa. Remettre la version recommandée ne produisait aucun effet, car il faut croire que le lanceur FTB conservait des parties de la nouvelle version plutôt que tout réinstaller.
  • FTB Launcher, le client me donnant accès à Taowa, il a fini par m’afficher un bel écran vide et plus rien ne fonctionnait. La touche ALT-F4, devenue pratiquement inopérante à présent, ne faisait plus rien encore une fois. Cliquer sur le X non plus, il fallait vraiment tuer le processus de force, encore. Ensuite, j’ai été obligé de tout réinstaller, en exécutant le lanceur dans un autre répertoire, et après, eh bien j’avais un écran noir à chaque démarrage de Minecraft. Ainsi, Ubuntu ne permet PLUS d’exécuter Minecraft, probablement encore une mise à jour qui a brisé le pipeline graphique. Ils ont brisé le pipeline pour la Intel HD4000, rendant le jeu saccadé pratiquement plus jouable, et voilà que c’est fait pour NVIDIA aussi. Faudra que j’endure ou tente ma chance avec une carte ATI, mais je n’ai rien à faire de plusieurs cartes graphiques PCI Express remisées pour incompatibilité arbitraire.
  • Une tentative d’installation de Linux Mint 16 édition Cinnamon en lieu et place de Ubuntu qui pose de plus en plus de difficultés aussi absurdes qu’imprévues a été une véritable catastrophe: pointeur de souris vraiment trop petit, options d’accessibilité pour agrandir les caractères ayant à peine un effet, l’interface graphique a gelé sans raison, me forçant à tout redémarrer, puis un plantage du programme d’installation au moment de marquer la partition principale de Mint pour formatage! Bref, ça ne fonctionne pas du tout! Le seul point positif est qu’aucune perte de données ou de configuration n’est à déplorer suite à ce court et désagréable essai, car le système n’a infligé aucun dommage à mes partitions.

On dirait bel et bien que Linux, désormais, est confiné aux machines virtuelles, aux serveurs sans écran (capacités graphiques instables) et aux appareils mobiles (genre Android). Il est possible que seules certaines cartes graphiques soient parfaitement prises en charge et que leur marque varie dans le temps.  Par contre, un problème de pilote graphique peut certes expliquer XBMC instable, Minecraft ne fonctionnant plus et le plantage de l’interface de Mint, mais pas la défaillance du programme d’installation de Mint.

Pour la défaillance de l’installeur de Mint, peut-être est-ce l’EFI, peut-être est-ce le SSD, peut-être est-ce le Ivy Bridge, peut-être n’est-ce rien de tout ça. Je ne sais pas et étant donné que l’interface de Mint m’a vraiment déplu, ça ne sert à rien de le savoir.

Les interfaces graphiques régressent, en plus. On assiste à une perte progressive de contrôle: plus moyen de changer la taille du pointeur de la souris (Ubuntu, Mint), plus moyen de grossir les caractères (Mac OS X, peut-être Mint), plus moyen de configurer les couleurs et la transparence (Windows 7+, probablement Mac OS X, peut-être même Ubuntu et Mint!).

Plutôt que travailler sur la personnalisation, eh bien les éditeurs de systèmes d’exploitation préfèrent rajouter davantage d’applications de base qui ne font rien et qui doivent, une par une, être substituées par des logiciels tiers. À quoi bon améliorer Paint si personne de sérieux ne s’en sert, le remplaçant par Paint.net, Gimp ou, « mieux » encore, par Photoshop? À quoi bon améliorer Wordpad si les gens le remplacent par Notepad++, Word ou, mieux encore, LibreOffice? Pourquoi améliorer Internet Explorer si personne ne s’en sert, le troquant pour Chrome ou Firefox?

L’utilisateur de Mac fera la même chose, troquant Mail pour l’interface web de GMail, plus flexible et plus portable. Il délaissera iMovie pour s’en aller vers Final Cut. Il abandonnera vite Garage Band pour le remplacer par Audacity ou un logiciel audio professionnel comme Pro Tools de Avid ou Live de Ableton. Puis un jour, il voudra essayer le dernier jeu et délaissera Mac OS X complètement pour balancer un Windows sur son beau MacBook flambant neuf. C’est triste!

L’utilisateur Linux, de son côté, remplacera progressivement les applications de GNOME ou de Unity par d’autres: Totem sera abandonné au profit de MPlayer, VLC ou XBMC, GEdit pour Vi ou Emacs, Banshee pour Audacious ou autre chose, etc. Au moins avec Ubuntu, on peut obtenir toutes ces alternatives depuis le gestionnaire de paquets: pas besoin de visiter des dizaines et des dizaines de sites (quoique Ninite peut beaucoup aider sous Windows!) et surtout, pas besoin de débourser un centime pour ces alternatives.

Mais il n’en demeure pas moins qu’à cause de l’intégration de tous ces petits jouets, le cœur même du système, ses fondements, sa flexibilité, en souffrent, parce que les éditeurs se concentrent sur la mauvaise cible.

Catégories
Bogue

D’une petite recherche pour donner un coup de main vers la mort de mon serveur Minecraft

Aujourd’hui, j’ai été victime d’une chaîne de bogues qui a mené à la paralysie de mon serveur Minecraft. Ce qui devait être une courte recherche personnelle a dégénéré en une série de problèmes qui n’en finissaient plus de s’enchaîner. Par chance, j’ai réussi à ressusciter ma machine et tout fonctionne maintenant correctement!

Il y avait deux personnes que je pouvais tenter d’aider pour des problèmes d’ordinateur. L’une d’elle utilisait Windows si bien que j’ai investigué la possibilité d’établir une connexion via l’assistance à distance. Si la personne réussissait à démarrer l’application d’assistance intégrée à Windows, ai-je découvert, et si elle m’envoyait, par l’entremise de cette application, une invitation par courrier électronique, je pourrais accepter l’invitation et une connexion s’établirait entre ma machine et la sienne. De cette façon, je pourrais voir l’écran de la machine à examiner et établir un diagnostic préliminaire, voire même résoudre le problème sans avoir à me déplacer!

Pour la deuxième personne, ce serait moins simple, car elle utilisait un Mac. Il m’est passé par la tête de recréer mon Hackintosh pour pouvoir tenter un partage de l’écran via iChat, mais j’ai eu trop de problèmes avec ce Hackintosh pour vouloir en arriver là. J’ai songé m’acheter un Mac Mini, la série la moins chère de la famille Macintosh d’Apple, pour remplacer le Salvator vieillissant dans le rôle de serveur Minecraft, pour établir cette liaison iChat et pour faire d’autres tests au besoin plus tard. Mais le coût de la machine pour les fonctionnalités que j’obtenais me dissuada d’emprunter cette voie. Pour le même prix, je pourrais me monter un Core i7 avec 16Go de mémoire et un SSD! J’ai examiné la possibilité de créer une instance Amazon EC2 que j’activerais de façon intermittente pour faire des tests, mais aucun résultat concluant n’existe au sujet de l’installation d’un Mac OS X dans le nuage de Amazon.

Mais cette investigation au sujet de EC2 et cette idée de Mac Mini viennent peut-être d’une intuition: je percevais que la mort du Salvator approchait… Et qu’en est-il de migrer mon serveur Minecraft sur une instance EC2? J’y ai pensé, mais il m’en aurait coûté 500$ par année à moins de rendre l’instance intermittente: mon ami ou moi devraient démarrer le serveur pour jouer et l’arrêter ensuite. J’envisageais bien sûr explorer cette voie et espérais que le démarrage ou l’arrêt seraient simples et qu’il serait possible d’accorder à mon ami la permission de le faire. Juste pour le merveilleux silence que l’extinction de ce vieux coucou me procurerait dans mon bureau lors de mes journées de travail, ça en vaudrait le coup!

Par chance, il y avait une solution bien plus simple et beaucoup moins coûteuse pour aider mon amie: TeamViewer. Il suffisait que mon amie installe ça sur son Mac, me transmette l’identifiant généré par le logiciel et je pourrais alors établir la liaison. Mais il se pouvait que ça ne fonctionne pas du premier coup si bien que j’ai voulu faire un test avant de proposer cette stratégie.

Pour ce faire, j’ai installé TeamViewer sur ma machine principale au moment où elle exécutait Windows 8. Il me fallait ensuite une deuxième machine sur laquelle installer TeamViewer, mais tous mes ordinateurs secondaires (mon serveur de Minecraft et mon HTPC) exécutaient Linux. Pas de problème: il y a une version Linux de TeamViewer! J’ai téléchargé et tenté d’installer ça: eh non, encore des problèmes! Le système de paquetages APT indiquait qu’il manquait une dépendance pour installer TeamViewer, à savoir lib32asound2J’ai tenté de l’installer: en vain. Il ne semble pas possible d’installer ce paquet .deb de TeamViewer sous Ubuntu 13.10! Certains ont réussi en utilisant la version 32 bits au lieu de 64 bits tandis que d’autres se sont rabattus sur une version .tar.gz du logiciel.

Au moment où je voulais tenter l’installation 32 bits, eh bien tout le système figea et plus rien ne répondait. Au début, la souris ne bougeait même plus, puis elle finit par bouger, mais je ne pouvais cliquer nulle part. Choqué, j’ai tenté de basculer vers une console pour redémarrer X.Org: encore en vain. Le système a fini par cracher des messages d’erreur à propos du pilote Nouveau qui ne pouvait pas mettre en standby certains canaux. Nouveau est un pilote open source pour les cartes graphiques de marque NVIDIA.

J’ai fini par établir une liaison SSH vers la machine puis forcer un redémarrage de X.Org: en vain. Eh oui! J’avais affaire à une défaillance dans un module du noyau, pas seulement un logiciel fonctionnant incorrectement! Choqué, il me fallut me résoudre à tout redémarrer et donc éteindre mon instance de Minecraft. Par chance, mon ami avec qui je partage le monde imaginaire de Taowa n’était pas en train de jouer à ce moment-là.

La machine mit plus d’une minute avant d’enfin terminer la fermeture d’Ubuntu et entamer le retour au POST, puis le démarrage. Là, j’ai eu l’interface graphique. X.Org semblait fonctionner, mais je savais bien que le pilote Nouveau, qui a causé des problèmes sur le Drake, finirait par frapper de nouveau. J’ai alors voulu installer le pilote de NVIDIA.

Malheureusement, l’application listant les logiciels et pilotes n’affichait rien par rapport à NVIDIA. Il m’a donc fallu y aller à la main et exécuter sudo apt-get install nvidia-current. Malheureusement, une super longue installation et un redémarrage plus tard, l’écran était noir et le resta un bon bout. Tout semblait foutu, impossible de récupérer l’affichage. Tenter d’exécuter sudo nvidia-x-config ne donna aucun résultat. En plus, toute tentative de redémarrer ou installer quelque chose prenait un temps fou sur cette vieille carlingue!

J’ai bien cru que c’était fini. À présent Ubuntu sera trop instable pour exécuter de quoi. Je pouvais certes tenter de réinstaller, mais une mise à jour risquait d’encore tout briser ou rendre le système propice aux plantages. Et encore une fois, je manquais de temps et devais tout laisser ça en plan pour aller dîner puis m’entraîner au gym.

Pendant que je dînais, je me suis dit que si je devais tout réinstaller, j’opterais pour Ubuntu 12.04 qui, au moins, est plus stable. Pour cette machine, cela suffirait amplement. Mais avant, j’allais tenter un sudo apt-get dist-upgrade pour m’assurer que les plus récents noyaux étaient bien installés.

Après le dîner, je l’ai tenté en vain; cela ne changea absolument rien puisque tout était déjà à jour. J’avais éteint l’ordinateur ne fonctionnant plus le temps de dîner. J’ai trouvé que le bureau était bien plus silencieux sans ces deux ventilateurs tournant en permanence. En plus, quand j’ai rallumé le vieux coucou, le ventilateur du bloc d’alimentation m’a fait un bruit de vieille carlingue. C’était arrivé plusieurs fois par le passé, mais cette fois, le grondement dura près de cinq minutes avant d’enfin cesser! C’était plus long que les fois précédentes.

Redémarrer la machine n’eut aucun effet. Avant d’entreprendre la réinstallation, j’ai essayé sudo apt-get install –reinstall nvidia-current. En examinant les messages de plus près, j’ai constaté qu’il y avait une ligne indiquant que le module NVIDIA n’avait pas pu être compilé, car il manquait les sources du noyau. J’installai alors linux-headers-generic et, pour être sûr, build-essentials. Cela compila le module et ressuscita mon système! J’ai alors pu redémarrer le serveur Minecraft avant de partir pour le gym!

Suite à cette mauvaise expérience, j’ai abandonné le test avec TeamViewer, car il n’avait plus aucune valeur. Même si ça fonctionne parfaitement entre mes deux machines, il se peut que ça échoue lamentablement avec mon amie. Peut-être la version Mac de TeamViewer ne fonctionne pas bien, peut-être le Mac est derrière un pare-feu, peut-être le routeur de mon amie va bloquer l’accès, ou peut-être même ce sera le mien qui le fera. Je ne suis pas du tout certain que mon amie persistera avec de multiples essais; elle laisserait peut-être tomber.

Par chance, ces connaissances sur l’administration à distance seraient utiles pour d’autres cas de figure et TeamViewer n’est pas le meurtrier de mon serveur Minecraft. Le plantage qui a eu lieu n’a rien à voir avec TeamViewer; ça aurait pu arriver n’importe quand.

Catégories
Bogue

Seconde tentative de Microsoft pour mettre des bâtons dans les roues à Linux!

L’été dernier, Windows 8 a tenté d’évincer Ubuntu sur ma machine en utilisant l’arrêt hybride, aussi appelé FastBoot, qui faisait en sorte que je ne pouvais pas accéder à mes partitions de données NTFS depuis Ubuntu. J’ai dû désactiver FastBoot pour contourner ce « léger » problème.

Voilà qu’aujourd’hui, Microsoft récidive sous Windows 8.1 avec un petit avertissement indiquant que SecureBoot est désactivé, en filigrane  permanent sur le Bureau. Jusqu’à récemment, il n’y avait aucun moyen de s’en débarrasser, à moins de désactiver SecureBoot qui va à coup sûr compliquer, voire rendre impossible, la configuration d’un système à double amorçage. SecureBoot, en effet, oblige tout gestionnaire d’amorçage à être signé numériquement. Pour que cela fonctionne, il faut que l’application UEFI de GRUB et celle de rEFInd soient signés numériquement conformément à SecureBoot. Quelle galère! J’ai déjà assez de difficultés comme ça, inutile de rajouter un problème artificiel là-dedans!

De mois en mois, on s’approche du moment où ce sera plus profitable d’assembler une seconde machine, pour avoir un ordinateur dédié à chaque bon Dieu de système d’exploitation! Mais pas pour aujourd’hui, car Microsoft a publié un correctif désactivant cet agaçant filigrane. FIOU!

Catégories
Informatique

Une vidéo de Minecraft extrêmement difficile à monter!

Aujourd’hui, je viens de vivre l’expérience d’édition vidéo la plus mauvaise de ma vie. J’ai rencontré tellement de problèmes que c’en est hallucinant! Mais l’aventure est très intéressante et montre que parfois, la synergie entre Windows et Linux est possible et peut aider à résoudre des problèmes complexes.

Objectif

Depuis quelques semaines, mon ami et moi travaillons sur une nouvelle map dans Minecraft, en utilisant le mod pack Feed The Beast Unleashed intégrant la version 1.5 du jeu. J’ai baptisé ce nouveau monde Taowa. Je trouvais qu’il était grand temps de créer une vidéo de cette map et la publier sur YouTube.

L’enregistrement

Pour enregistrer ma vidéo, j’avais dans l’idée de me servir du logiciel FRAPS comme je l’avais fait auparavant avec succès. Je prévoyais enregistrer ma voix en utilisant mon H2N, ce qui a très bien fonctionné par le passé.

Malheureusement, FRAPS a commencé à avoir des ratés dès les premières séquences. D’abord, il y a eu un plantage du jeu tandis que j’enregistrais. Puis l’image s’est mise à clignoter et le jeu, à planter tout le temps, dès que je démarrais FRAPS. Il n’y avait aucune solution. Selon mes recherches, c’était un problème de compatibilité entre FRAPS et Windows 8. Il allait falloir rétrograder à Windows 7, ce qui signifiait encore tout reformater et passer une fin de semaine à reconfigurer la maudite machine, que je commence à sérieusement détester en passant parce qu’elle va beaucoup moins bien que mon ancien ordinateur!

Plutôt que supprimer Windows 8, je partis à la chasse pour trouver un autre logiciel d’enregistrement d’écran. Eh bien plusieurs y passèrent et échouèrent TOUS!

  • DXTory: semblait prometteur, mais l’audio sautait de temps en temps et le logiciel faisait geler le jeu temporairement (pas planter comme avec FRAPS au moins!). En plus, il fallait payer le logiciel en yens japonnais, même pas en dollars US!
  • Total Screen Recorder: n’a pas fonctionné du tout, impossible à mettre en oeuvre. Il semblait falloir que je délimite manuellement, à la souris, un rectangle à capter, ou que j’inclus tout l’écran, enregistrant la barre des tâches et tout.
  • EZVid: a produit une vidéo prometteuse, mais le logiciel me forçait à ajouter de la musique de fond que je ne voulais pas. Mais celui-là avait pour intérêt d’être gratuit.
  • BandiCam: c’est celui-là qui m’a sauvé la mise! Il permet d’enregistrer une partie de l’écran ou une fenêtre DirectX/OpenGL. J’ai eu du mal à trouver comment capter l’audio avec le logiciel, mais ce fut heureusement possible. Il permet de capter l’audio depuis deux sources différentes et même d’enregistrer chaque source dans un fichier distinct, ce qui peut servir pour du post-traitement. Il y a un gros défaut d’interface: deux boutons Réglages donnant accès à des paramètres différents. J’étais bloqué tant que je ne trouvai pas le bon!

Ainsi, j’ai pu résoudre ce premier problème avec BandiCam, qui fonctionne très bien à condition de ne pas utiliser le codec externe. Avec ça, il plante tout le temps.

Audio pas très bon

À force d’écouter le produit de mon enregistrement, je me rendais compte à quel point le son était décevant. On aurait dit que ma voix avait été sur-amplifiée, produisant de la distorsion par moments. J’ai cherché longtemps pour régler ça et ne trouvais rien d’autre que des instructions pour ordinateurs HP, des instructions pour brancher le H2N dans un port USB, une page indiquant que quelqu’un avait du mal avec son tourne-disque USB détecté par Windows 7 comme un microphone plutôt qu’une entrée ligne, sans solution autre que brancher l’appareil en S/PDF (mais mon H2N n’a PAS d’entrée S/PDF!!!), etc.

J’ai aussi trouvé plusieurs vidéos YouTube sans son, ce qui a fini par me faire fulminer parce que je ne pouvais rien obtenir de telles images avec du texte apparaissant rapidement sans me laisser le temps de comprendre quoi que ce soit. Mais plus tard, j’ai découvert que quelque chose de cochon était arrivé sous Chrome qui avait baissé le volume de YouTube au minimum. Le remonter a restauré le son! Donc peut-être que certaines vidéos que je croyais muettes avaient du son…

Bon, ai-je fini par me dire, est-ce que mon H2N est, dans l’absolu, utilisable pour cette tâche ou me faut-il encore acheter un autre microphone? Je commençais à être tenté par un micro-casque Bluetooth, car le fil des écouteurs (nécessaires pour éviter la boucle de rétroaction audio qui rend fou!) devient vite une nuisance pendant l’enregistrement! Pour savoir si ça valait vraiment le coup, j’ai redémarré ma machine sous Ubuntu et testé avec cela. Après quelques essais et erreurs avec ARecord, je pouvais enregistrer la sortie USB du H2N et obtenais un son excellent, sans distorsion. Ok, c’est donc Windows qui introduit la distorsion, en ai-je conclu, pas le H2N (m’aurait surpris) ou son interface USB (possible). J’ai bien regretté, cet après-midi-là, de ne pas habiter plus près de chez mon frère ou mon ami, qui possèdent une carte son externe. Tester avec un ordinateur doté d’une telle carte aurait écarté la possibilité que le pilote Realtek de ma carte intégrée cause cette distorsion, sur tous les périphériques audio que la machine rencontre. Si c’est le cas, il me faudra envisager l’achat d’une carte son externe pour pouvoir me débarrasser du fautif. Après plusieurs recherches, tout ce que j’ai pu faire, c’est bidouiller le niveau de sortie de l’entrée H2N, sous Windows 8, à 80%, et là j’obtenais un audio qui avait du bon sens.

Édition vidéo

Je voulais supprimer certains segments de ma vidéo et ajouter des sous-titres, car j’avais omis certaines explications et ne voulais pas tout reprendre du début, quoi que recommencer aurait permis d’avoir un meilleur audio, suite au calibrage plus fin de cet après-midi. Pour travailler ma vidéo, j’ai importé les fichiers sous Corel Video Studio X6. Eh bien, le nombre de problèmes que j’ai eus avec ça est incroyable!

D’abord, le logiciel s’est mis à se plaindre au sujet du format de certains fichiers. J’ai cru au début que tous les fichiers produits par BandiCam seraient rejetés, me forçant à tout passer ça dans un transcodeur quelconque. Les seuls que je connais sont en ligne de commande (genre MEncoder et FFMPEG) et les options sont contre-intuitives. Figurer la liste d’options à passer peut parfois prendre une demi-heure! Beaucoup d’options n’ont aucun sens, produisent des fichiers invalides ou font juste planter le logiciel! Les logiciels sous Windows sont bourrés de pubs ou payants, sont soit trop simplistes, soit trop compliqués. Souvent le traitement par lots est supporté, mais il faut insérer chaque fichier un par un. Seule la ligne de commande permet d’indiquer de traiter tous les fichiers d’un répertoire.

Par chance, Corel Video Studio n’a rejeté que trois fichiers, probablement des résidus de mes innombrables expérimentations d’hier après-midi. Le reste, il l’a importé, comme j’ai pu le constater par la suite.

Mais chaque fois que je démarrais la lecture, la vidéo s’affichait en miniature dans le quart de la fenêtre. Il m’a fallu beaucoup de temps pour régler celui-là et il n’y avait absolument RIEN sur Google, à part des PDF et des revues du logiciel, supposé l’un des meilleurs! J’étais sidéré, choqué, fatigué par toutes ces difficultés qui n’en finissaient plus.

En milieu d’après-midi, j’en étais rendu à chercher des alternatives, car je n’avais pas du tout envie de payer pour du support technique et me faire suggérer de formater mon disque dur ou essayer sur la machine d’un ami. Eh bien il existe une flopée de logiciels d’édition vidéo, mais ceux qui se démarquent souffrent de problèmes.

  • Plus tard, j’ai lu du bien au sujet de MovieStudio Platinum 12 de Sony. C’est celui-là que j’essaierais si je devais vraiment renoncer à VideoStudio.
  • PowerDirector de CyberLink, semble excellent, mais a eu des ratés pour moi dans le passé et j’ai lu qu’il plantait tout le temps.
  • Adobe Premiere Elements: semble un des tops, mais l’affichage est illisible pour moi, avec des caractères impossibles à agrandir. Je me suis battu avec ça des heures voilà deux ans et il n’y a toujours aucune solution.
  • Final Cut Express: semble l’un des meilleurs éditeurs vidéos, mais ne fonctionne QUE sur Mac! Les problèmes sous Windows m’ont tellement mis au désespoir que j’ai à quelques reprises envisagé réinstallé Mac OS X ou m’acheter un Mac Mini ou un MacBook Air pour faire l’essai de Final Cut.
  • Puis on peut essayer avec tous les autres et ne plus en finir.

J’en étais rendu à penser que j’allais devoir me retaper la configuration de mon Hackintosh pour m’essayer avec Final Cut Pro! Juste l’idée me mettait à la torture! Une autre possibilité aurait été de faire faire l’édition par une personne possédant un Mac, mais ça aurait pu prendre des mois avant qu’elle n’ait le temps de m’aider avec ce projet ludique. Rendu là, il y aura tellement de vidéos que leur édition prendra des jours ou toutes ces vidéos seront obsolètes, sans intérêt, car le serveur aura sauté et mon ami et moi aurons cessé de jouer pour toujours.

En fin de compte, j’ai eu une idée en marchant vers la piscine pour aller nager: et si c’était le même bogue qu’avec Ableton Live? Pour obtenir un pointeur de souris de grande taille et des caractères avec lesquels je suis à l’aise, j’ai dû configurer l’affichage pour une mise à l’échelle de 150%. Cela a perturbé Live dans le passé et pourrait peut-être causer problème à VideoStudio. En revenant de la piscine, j’ai configuré le raccourci Windows vers Corel pour qu’il désactive la mise à l’échelle et tadam, j’avais des aperçus corrects! Les caractères dans le logiciel sont certes plus petits, mais le pointeur de souris, celui de ma session, est correct, et le reste du logiciel fonctionne correctement.

Encodage

En fait, pas tout à fait. J’ai pu me rendre loin après avoir réglé le problème de la résolution, très loin… jusqu’à un nouveau bogue, majeur, bloquant, encore une fois. En effet, quand je suis arrivé au point d’encoder ma vidéo, eh bien le logiciel a planté. Un deuxième essai me confirma le pire: le plantage serait systématique, irrémédiable! J’y ai perdu la soirée en recherches et en tentatives de retrouver le code de support technique gratuit venant avec mon achat, pas si vieux que ça finalement, juillet, donc peut-être le code serait encore valide!

Mais je n’ai pu me résoudre à simplement attendre. J’ai d’abord tenté de ré-encoder une vidéo que j’avais déjà montée. Cela a fonctionné sans heurts et sans tracas! J’ai alors pioché et tenté de bidouiller les paramètres de BandiCam jusqu’à trouver une combinaison permettant d’obtenir un fichier valide pour VideoStudio. Aucun ajustement au format vidéo ne résolut quoi que ce soit. Mais quand j’ai configuré l’audio sur PCM plutôt que MPEG-1, là j’ai eu un premier encodage fructueux! Sous BandiCam, il me fallait aussi configurer la vidéo sur XVid et non pas H.264. L’encodage H.264 de Bandicam pose des problèmes de synchronisation audio/vidéo sous VideoStudio et est incompatible avec MovieStudio de Sony!

J’ai alors tenté d’utiliser VirtualDub pour traiter tous mes fichiers, mais cela a échoué encore! Il aurait fallu que j’entre, un par un, tous les fichiers dans le logiciel, et il y en avait une vingtaine. Solution: MEncoder, sous Ubuntu! Eh oui, encore un redémarrage! Mais il a valu la peine, celui-là! MEncoder a traité mes fichiers, préservant la vidéo et décompressant l’audio MPEG vers le format PCM. Puis un autre redémarrage plus tard, j’étais sous Windows 8. Je craignais devoir faire plusieurs essais de même, avec des paramètres différents passés à MEncoder, un redémarrage à chaque passe, mais par chance, j’ai eu une configuration fonctionnelle du premier coup!

Corel VideoStudio a chialé un peu, mais j’ai fini par réussir à le forcer à accepter les modifications. J’ai pu rouvrir mon projet, il s’est plaint encore un peu puis là, enfin, j’ai pu produire un encodage MPEG-4 en 720p! Il me faudra visionner le fichier pour m’assurer qu’il est correct, mais il y a un espoir.

FIOU! Quelle galère!