Catégories
Péripétie

La Fayette: nouvel essai

Après ma frustrante tentative de me rendre chez mon frère a pied, je n’avais pas trop envie de réessayer. La tentative suivante pour ce trajet n’eut lieu qu’un an plus tard, dimanche le 13 août 2017. Pourquoi avoir attendu si longtemps? Eh bien il faisait froid, il pleuvait ou ça n’adonnait pas. Ce jour-là, j’avais été invité chez mon frère pour la fête de ma belle-soeur. Je suis arrivé au métro Longueuil vers 17h15. Je suis allé acheter des billets d’autobus puis une bouteille de vin. Après ça, j’avais le choix entre attendre plus de vingt minutes pour l’autobus 16 à 17h40 ou tenter ma chance à pied. J’ai décidé d’y aller, avec le plan élaboré l’année passée. J’ai réussi à me rendre sur Saint-Charles en marchant sur la rue du Terminus, marché sur Saint-Charles, traversé sous le pont, mais après, il y avait un large espace à traverser dans la rue, sans ligne de piétons rien. Mais si je vais l’autre côté, ai-je cru remarquer, ça semble possible de passer. Alorrs je suis revenu sur mes pas, repassé sous ls pont, traversé la rue Saint-Charles à l’intersection de celle du Terminus et puis reparti sur Saint-Charles. En repassant encore sous le pont, j’ai fini par arriver au coin Saint-Charles et La Fayette, mais je ne le savais pas. Je pensas qu’il fallait continuer plus loin.

Trouver un moyen de traverser La Fayette de façon sécuritaire a été impossible. Oui, j’aurais toujours pu m’élancer dès qu’il n’y a pas d’autos, en espérant que Dieu me protège, mais ce n’est pas génial du tout, surtout si je veux pouvoir refaire ce trajet, pas juste réussir par coup de chance ce soir-là, et la prochaine fois finir à l’hôpital à la place! J’ai appuyé sur le bouton que j’ai trouvé, n’arrivais pas à voir la lumière l’autre côté de la rue à cause du soleil, tenté la passe consistant à regarder celle de mon côté, ça ne fonctionna pas parce que les lumières n’étaient pas synchrones. En fin de compte, un autobus est passé et le chauffeur m’a dit que je pouvais traverser.

Rendu l’autre côté, j’ai marché un peu, constaté que ça ne menait nulle part, regardé sur Google Maps, passé proche piquer une crise encore, puis j’ai constaté qu’il suffisait de ne pas travers La Fayette mais plutôt continuer à gauche. Je suis revenu à l’intersection qui m’a posé problèmes, mais au lieu de tenter de traverser à nouveau, j’ai tourné à droite et continué sur La Fayette, longeant le pont. J’ai pu ainsi arriver jusqu’au viaduc sous Taschereau, second obstacle majeur du parcours. Wow, je ne me suis jamais rendu aussi loin depuis des années. Je me sentais aussi joyeux que si j’avais cassé la gueule à un gros boss dans un jeu! Tiens mon cochon!

Mais sous le viaduc, il semblait y avoir des pancartes; je craignais me faire bloquer. J’ai alors travers La Fayette avant de passer en-dessous. J’ai réussi à trouver un bouton qui a activé le feu de circulation. Puis j’ai pu traverser la rue suivant le viaduc. Le feu de circulation m’a posé problème, trop loin. J’ai dû y aller au pif: appuyer sur le bouton, attendre que les voitures circulent parallèle à moi puis y aller. Le feu était vert quand j’ai pu le voir.

Tandis que je marchais, j’entendais des boum boum venant de loin. Le Piknik Électronik, on l’entend d’ici. Peu après avoir fait cette observation, j’ai atteint le troisième et dernier obstacle: la rue Delaurinier. La traverser a demandé un peu de devinette encore, car je n’arrivais pas à voir le feu de circulation, en partie à cause du soleil. J’ai dû appuyer sur le bouton, attendre que les voitures circulent dans le bon sens puis m’essayer. Je n’ai pas eu à le regretter. Il a fallu marcher encore un peu, mais un moment donné, j’avais atteint mon but. J’avais réussi, tête de pioche que je suis!

Catégories
Péripétie

Une frustrante excursion au métro Longueuil

Samedi, 27 août 2016, j’avais le shower de la femme de mon frère, qui attendait un bébé pour septembre. Cela avait lieu en face de chez eux, sur la rue Green. Le meilleur moyen de me rendre là-bas est sans nul doute, plusieurs essais fructueux à l’appui, d’utiliser l’autobus 170 depuis la station Papineau. La 170 fait un arrêt à deux rues de chez mon frère, c’est merveilleux, mais ça ne fonctionne que la semaine, avant 18h. Sinon, il faut me rendre à la station Longueuil et soit marcher de là, soit prendre l’autobus 16 qui passe aux heures. Depuis qu’ils ont fait des travaux autour de la station Longueuil, je n’ai jamais eu de succès à me rendre à pied de là jusqu’à chez mon frère, mais comme il faisait beau, je me suis dit que ça valait la peine ce jour-là de faire un nouvel essai. Eh bien, ça a duré près de 45 minutes et été terriblement frustrant!

Le gros problème est d’atteindre la rue La Fayette. Après ça, c’est juste de la longue ligne droite. Mais quand il fait beau, ça peut être le fun à faire. Eh bien, le problème initial fut de taille, plus important que prévu!

Alors suite à de l’analyse de plan Google Maps, j’ai décidé de tourner à droite après être sorti du terminus, du côté du stationnement en face du pont Jacques-Cartier. Déjà, ça bloquait, mais si je traversais la rue, là je pouvais continuer à droite. En passant par là, j’aboutissais à un trottoir me menant au pont. Mais dès que je suis passé sous le pont, les choses sont devenues plus difficiles, limite dangereuses. Je n’arrivais pas à trouver de moyen de passer sans me retrouver au beau milieu de la rue où des voitures pouvaient passer. Je me suis retrouvé entre des blocs de béton, sur du gazon,
proche d’un fossé, mais jamais au bon endroit, jamais moyen d’atteindre La Fayette comme ça, pas même un trottoir en vue.

Décidément, ça n’allait jamais fonctionner mon affaire. J’ai fini par rebrousser chemin pour voir si je ne pourrais pas trouver un moyen de m’approcher plus de La Fayette. D’après mes recherches, si je continuais tout droit assez longtemps sur la rue du Terminus, je pouvais atteindre La Fayette, l’emprunter pour passer sous le pont et puis ensuite la suivre jusqu’à mon but.

À deux ou trois reprises, quelqu’un m’offrit son aide, mais ne savait pas où était la rue. Il me conseillait de demander à des chauffeurs de taxi. Oui mais mon but n’était pas de me rendre là en taxi mais de réussir à trouver un moyen fiable d’atteindre ce boulevard-là, pour pouvoir aller chez mon frère à pied et en revenir si besoin.

Ok, pensai-je, peut-être si j’essaie de sortir par l’autre côté du terminus? Je fis ça, je dus traverser la rue pour atteindre un trottoir, marchai vers la gauche pour retourner vers mon but, dus traverser à quelques endroits, me retrouvai devant un trottoir bloqué, allai de l’autre côté. Je crois avoir réussi à atteindre La Fayette, mais il n’y avait pas de trottoir à ce point-là du boulevard. C’était exaspérant et super enrageant. J’étais tellement choqué que je songeai rentrer chez moi, mais je ne pus m’y résoudre. C’est dommage que je n’aie pas pensé, sur le coup, à prendre des photos. Ça aurait pu me servir pour illustrer ce récit.

J’ai fini par atteindre le pont à nouveau, par passer en-dessous, mais je me retrouvais encore dans le gazon et tout. J’ai dû longer un fossé, me suis retrouvé sur du gravier et là il y avait des gens qui circulaient. Je tentai d’aller dans leur direction opposée, car ils semblaient aller vers le terminus. J’aboutis de cette façon dans un
stationnement. Ah mon Dieu! Là, j’ai failli capoter. J’étais dans un autre cul-de-sac et ça se pouvait que j’aie à repasser par tout ce que j’avais traversé, en sens inverse, pour retourner au terminus!

J’ai fini par me diriger vers le terminus, sachant que mon seul espoir résidait là. Je ne réussis pas, finalement quelqu’un m’aida, ne savait pas où était mon objectif final mais put m’orienter vers le terminus. Je finis par aboutir sur le premier trottoir que j’avais emprunté. C’est ainsi que ce soir-là, je perdis près de 45 frustrantes minutes à carrément tourner en rond!!!

De retour au terminus, je suis allé voir pour la 16. Eh bien, il allait me falloir attendre à 19h10. Ah non, là ça va être super long et rendu là tout le monde aura fini de souper. Si ça n’avait pas répondu quand j’ai téléphoné sur le cellulaire de maman, je crois que j’aurais complètement perdu espoir et serais rentré chez moi, tout simplement, démoli, à bout. Mais là, ma sœur a répondu, je lui ai raconté mon histoire de fou et elle m’a envoyé papa pour me sortir de ce guêpier dans lequel j’avais eu la brillante idée de moi-même me fourrer. Au moins, j’ai réussi à ne pas me faire casser la gueule pendant mes recherches et suis retourné à un endroit où on pouvait me retrouver.

Le lendemain, j’ai effectué des recherches additionnelles, en utilisant Google Maps et Google Earth. J’ai fini par retrouver le point du terminus où je sors pour attendre papa et maman quand je vais là. J’ai trouvé l’endroit où j’ai circulé la veille et vérifié mon hypothèse selon laquelle si j’avais continué rendu au stationnement P5, j’aurais pu l’avoir. NON! Ça aboutissait à plein
d’espaces asphaltés et des rues pas de trottoir. Mais voyons! Se peut-il qu’il n’y ait aucun moyen de sortir de là sans voiture? Ça me semblait hallucinant et je trouvais ça très choquant!

J’ai trouvé la rue La Fayette et il manquait un trottoir sur un bon bout. C’est seulement au croisement de Saint-Charles qu’elle acquiert son trottoir. J’ai examiné ça et là, je crois avoir trouvé une solution au problème. Si je sors du métro et m’en vais entre les deux lignes jaunes où j’attends les gens habituellement, selon ce que j’ai vu, je pourrais partir par la gauche et marcher un bon bout sur un trottoir. Je vais passer devant des voitures stationnées et parallèle à la rue où des taxis, autobus et voitures arrivent. Un moment donné selon mes recherches et si je suis chanceux, je devrais aboutir à Saint-Charles et il y aurait une ligne de piétons, voire des feux de circulation, pour la traverser, selon ce que j’ai vu sur Google Earth. Ensuite, selon ce que j’ai vu encore une fois, je pourrais tourner à droite et marcher sur un trottoir, sur Saint-Charles, vers le pont, passer sous le pont, il y aurait une rue à traverser et un moment donné, La Fayette, sur le trottoir! Rendu là, si je suis assez chanceux pour me rendre là, il resterait juste à marcher en ligne droite et un jour, je vais atteindre Green. Mais je ne vais y croire qu’après l’avoir testé! Je ne sais pas quand je vais pouvoir tester ça, pas sûr que ce sera avant le party de Noël et rendu là, il fera probablement trop froid ou ce sera la grosse tempête si bien qu’il vaudra mieux y aller avec la 16. Alors, possible que j’aie tout fait ça pour rien!