Catégories
Bogue

Le clavier tueur de laptop

Jeudi passé, Frédéric, un ami de mon frère m’a parlé d’un problème qu’il éprouvait avec son laptop Aspire 5750-6604 de Acer. Depuis quelques temps, plusieurs touches de son clavier ont cessé de fonctionner. Ensuite, le jour même où sa garantie prenait fin, eh bien la machine n’allumait plus du tout! Bon, il aurait dû se prévaloir de la garantie avant, au moment où des touches avaient cessé de fonctionner, mais ce qui est anormal pour un ne l’est pas toujours pour un autre.

Lorsque j’ai eu le laptop devant moi, la machine n’était pas en très bon état. Si je l’allumais, l’ordinateur affichait le logo d’Acer puis se mettait à pousser des bips d’agonie incessants! La première chose que nous avons d’un commun accord tentée consistait à brancher un clavier USB sur le laptop malade. L’ami de mon frère ne disposait pas d’un tel clavier tandis que j’en avais un.

Avec le clavier USB, je pouvais aller un peu plus loin: amorcer Windows 7 plutôt que figer après le logo d’Acer! Mais la machine bloquait presqu’aussitôt, ne parvenant jamais à afficher le logo de Microsoft. Elle se mettait alors à biper comme une folle et rien ne pouvait l’arrêter à part une pression continue sur le bouton de mise sous tension.

Me doutant bien qu’il n’y aurait rien à faire avec ça, j’ai commencé à ausculter le boîtier dans le but de l’ouvrir pour en sortir le disque dur, mais même cela m’était impossible, car je ne disposais pas du modèle mental correspondant à ce laptop particulier. Sans ce modèle, je n’avais aucune façon sûre de trouver comment accéder au disque dur sans risquer de tout briser le boîtier de la machine. Plus je regardais ça, plus il me semblait évident qu’il allait falloir démonter la machine complètement pour accéder au disque. Certains laptops mal conçus exigent en effet un tel désassemblage!

Comme je manquais de temps puisque je voulais aller nager, nous avons convenu de remettre les investigations à plus tard. Frédéric est reparti avec la machine, avec en tête de l’amener chez Future Shop où ils pourraient peut-être la désassembler et atteindre le saint Graal qu’était apparemment devenu ce disque dur bien enfoui.

Mais têtu comme je suis, je ne pouvais pas en rester là! De retour de la piscine, je suis donc parti à la chasse en utilisant comme base le numéro de modèle du laptop que j’avais pris soin de noter de la plus moderne des façons: en photographiant la fiche technique avec mon téléphone. J’ai obtenu plusieurs pistes à partir de cela:

  • Le moyen d’accéder au disque dur. Il suffisait d’ôter deux vis pour pouvoir retirer un capot et le disque était là.
  • Une vidéo YouTube montrant exactement le même problème et quelqu’un qui l’avait résolu en retirant la touche Del du clavier qui s’était bloquée.
  • La possibilité que ce soit le ventilateur à CPU
  • Des instructions pour remplacer le clavier
  • Le moyen de remplacer le ventilateur à CPU

C’est ce maigre, très maigre indice, à propos de la touche Del, qui nous a mené, lentement, péniblement, vers la solution! J’estime que peu de gens auraient pu s’y rendre, car les symptômes s’apparentent davantage à un bogue de carte mère qu’un problème de clavier! Ma théorie était que le clavier défectueux envoyait constamment des signaux à la carte mère, qui se mettait alors à capoter et bloquait tout. Si je pouvais débrancher le clavier, me dis-je, je pouvais faire cesser cette interférence et rendre la machine à nouveau fonctionnelle, à condition de lui adjoindre un clavier USB ou acheter un nouveau clavier compatible avec le laptop.

Hier, Frédéric est allé chez Future Shop avec la machine en main. Il a été très déçu et même choqué par la réponse qu’il a eue. Le technicien là-bas ne pouvait rien faire, car la machine n’était plus garantie. Pour lui, le laptop était fini!!! La solution: retirer le disque dur, extraire les données, puis tenter de reformater en activant le logiciel de récupération du système. Si ça échouait, eh bien on change le laptop. Au moins, le technicien a montré à Frédéric comment accéder au disque dur, ce que mes recherches sur Internet m’avaient déjà révélé la veille.

Hier, j’ai rappelé Frédéric après le travail pour lui transmettre mes résultats et nous avons convenu de nous voir pour la tentative d’extraction. J’ai commencé par enlever la batterie, ce qui a demandé un peu de tâtonnement pour trouver comment. Ensuite, retirer le capot s’est très bien passé, mais j’ai eu du mal après à trouver comment ôter le disque dur. Il fallait le faire glisser vers la gauche pour le désengager des connecteurs SATA. La chose faite, je pus sortir le disque dur et le poser sur mon bureau. J’ai branché le disque à mon adaptateur SATA vers USB pour pouvoir accéder à son contenu depuis mon ordinateur, puis j’ai amorcé le transfert de données. Au moins ça serait sauvé.

Mais le transfert a été excessivement long, assez que je me demande si le disque dur ne comporte pas des secteurs défectueux! Par chance, la sauvegarde intégrale qui dort maintenant sur un de mes disques durs fixes pourra le sauver si la panne se propage et le disque devient inutilisable. Le transfert a duré toute la nuit et une partie de la journée aujourd’hui! Il faut dire aussi que mon adaptateur SATA vers USB n’est pas très rapide; il me faudrait idéalement un dock pour disques durs de laptops, si je devais effectuer ce genre de transferts plus souvent.

Le disque dur mis en sûreté, j’ai entrepris de retirer vis après vis pour pouvoir enlever le clavier tel que décrit sur le site trouvé la veille. Eh bien, jamais cela n’a fonctionné. J’ai enlevé quatre vis, puis Frédéric en a trouvé une autre, puis une autre, puis une autre. Il semblait falloir tout démonter, incluant l’écran, pour pouvoir l’avoir. Chaque fois que j’essayais de retirer le clavier, je risquais de tout casser le boîtier, rendant la machine totalement inutilisable!

Choqué, j’ai fouillé sur Internet et tombé sur quelque chose qui m’a presque découragé. La vidéo montrait une personne désassemblant un Acer Aspire avec une étonnante efficacité. Malgré son habileté, il lui a fallu douze minutes pour venir à bout de mettre la machine en morceaux! D’après ce que nous voyions, il allait nous falloir faire de même pour arriver à nos fins! Cela nous aurait pris des jours! Peut-être mon frère aurait une chance de réussir dans un temps raisonnable, peut-être même pas. Peut-être mon père mécanicien aurait des chances, peut-être pas! Je connais un gars, un ancien stagiaire chez Nuance qui étudie à Sherbrooke et vit à Gramby, qui aurait pu réussir.

Après plusieurs tentatives, Frédéric et moi étions d’accord qu’il n’y avait rien à faire avec ça. Il est reparti, me laissant le disque dur pour que la copie de fichiers finisse par finir. J’ai songé brancher le disque directement dans un port SATA plutôt que via USB, mais je n’avais pas de câbles non utilisés pour y arriver. Il aurait fallu que je débranche temporairement un de mes disques durs fixes. Si le transfert n’avait pas abouti cet après-midi, je serais allé chercher le fichu câble SATA en revenant du gym!

Après le départ de Frédéric, je ne pus m’empêcher de faire d’autres recherches. J’ai fini par tomber sur une vidéo montrant exactement comment remplacer le clavier de ce laptop Acer Aspire! Ça semblait possible de retirer le clavier sans dévisser quoi que ce soit!

En revenant du gym aujourd’hui, j’ai rappelé Frédéric et lui ai fait part des développements. Il hésitait à revenir, car ça semblait parti pour un nouvel échec. Il avait du mal à croire que cette fois, ça allait fonctionner. Mais il fallait de toute façon qu’il vienne reprendre son disque dur. Il est donc venu et nous avons tenté ensemble de retirer ce fichu clavier. Pour y parvenir, il fallait enfoncer des touche et désengager des clips avec un tournevis ou n’importe quel objet plat. C’est en fin de compte Frédéric qui a réussi à trouver comment, à partir des indices que j’avais ramassés.

Débrancher le câble reliant le clavier à la carte mère causa aussi problème. J’ai essayé en vain puis un moment donné, Frédéric avait réussi à le déconnecter ou l’arracher je ne sais pas comment exactement. Ça n’a vraiment pas l’air fait fort. Dommage que j’étais trop sous le choc pour prendre une photo. J’ai alors tenté de rallumer la machine. Frédéric était sûr que rien ne se passerait, aucun changement, mais j’ai eu un résultat satisfaisant: aucun bip et un message indiquant qu’aucun périphérique d’amorçage n’était disponible.

J’ai alors remis le disque dur. Puis la machine pouvait amorcer sous Windows 7, comme avant! Eh oui! Il a suffi de débrancher ce fichu clavier pour que le laptop soit de nouveau fonctionnel! Bien entendu, la machine sera dépourvue de clavier intégré, mais elle fonctionnera parfaitement avec un clavier externe et Frédéric pourra toujours acheter, sur Internet, un clavier de remplacement s’il en sent un jour le désir ou le besoin.

Pour redonner une apparence raisonnable à l’ordinateur, nous avons remis en place le clavier, sans le brancher. La machine n’a pas rechigné. Ne recevant plus ce flot incessant de scan codes insensés, l’ordinateur était content et daignait démarrer, comme avant! Le son fonctionnait, l’écran allumait, même le pavé tactile était utilisable. Ce fut une victoire jubilatoire comme on n’en vit qu’à l’enfance!

Bien entendu, mon esprit rigoureux exigerait des tests complets de mémoire et de disque dur avant de conclure que la machine est stable, mais l’exécution de ce genre de tests n’est pas vraiment à la portée de Frédéric. Tant pis, on va mettre ça entre les mains du Destin. Il faut parfois apprendre à céder le contrôle dans la vie.

Un peu de logique, un peu de recherche sur Internet, un peu de courage et la persévérance d’aller jusqu’au bout, tels furent les ingrédients qui sauvèrent ce laptop. Avec toute cette fragile technologie, bientôt il faudra que les jeunes développent cela pour pouvoir faire face à tous ces bogues tous aussi insensés qu’imprévus. Sinon, on en viendra à des machines ne fonctionnant que quelques mois ou la résignation progressive à cesser d’utiliser la technologie.

Catégories
Bogue

Hantise passée: un problème épineux mais une solution simple

Cette semaine, chez Nuance, j’ai été confronté à un surprenant problème que je ne parvenais pas à résoudre. Il s’est manifesté de deux façons différentes. Tout d’abord, sous GNU Emacs, les accents ne fonctionnaient plus du tout. Je voulais produire un è en tapant ` puis e: en vain, je n’obtenais que  le e. J’ai eu ce même problème sous Ubuntu 13.10 la fin de semaine dernière, mais c’était après une mise à jour. Là, aucun changement et soudain, plus d’accents! Redémarrer GNU Emacs n’y changeait rien. Par chance, je n’avais pas absolument besoin des accents pour mon travail sous Emacs, contrairement au cas similaire sous Ubuntu.

Deux ou trois jours plus tard, j’avais des difficultés sous Microsoft Excel 2010. Il est installé par défaut sur les machines chez Nuance et il vaut mieux utiliser cela plutôt que LibreOffice pour une meilleure compatibilité avec les fichiers produits par d’autres employés. Malheureusement, Office 2010 a certaines qualités qui manquent à LibreOffice. Bien que le ruban soit une nuisance à prime abord, lorsqu’on sait où sont les icônes, leur accès est plus rapide que fouiller dans de longs menus déroulants. Mais c’est une autre histoire.

Sous Excel 2010, je voulais simplement calculer une somme. J’essayais de positionner mon curseur dans la cellule où je voulais écrire ma somme et au lieu de déplacer le curseur, les flèches du clavier faisaient bouger la fenêtre du chiffrier, un peu comme si j’utilisais les barres de défilement ou maniais la roulette de la souris. Redémarrer le logiciel ne régla absolument rien. Je n’ai pas songé redémarrer la machine, car il y avait d’autres applications activées.

Il a fallu un certain temps pour que je me rende compte que la diode de verrouillage du défilement (scroll lock) était allumée sur le clavier. Désactiver le verrouillage a non seulement rendu leur comportement initial aux flèches du clavier mais ça a aussi arrangé les accents sous GNU Emacs! Cette fonctionnalité de verrouillage du défilement sert à peine, de nos jours, mais elle existe toujours et il faut croire que certaines applications ont décidé d’en tirer parti, parfois de façon surprenante, mais jamais de façon cohérente!