Le lion, la souris et la pomme dorée

Pour bien des gens, cette quête paraîtra insensée. Elle le semble à moi-même par moments. Depuis quelques temps, j’ai aperçu une petite pomme très brillante, rouge presque dorée, au haut d’un très haut pommier. Je voudrais cueillir cette pomme et l’amener dans mon royaume pour y goûter et la cultiver. Par contre, il n’est pas simple du tout d’atteindre cette pomme, car le pommier est trop haut. Seul un lion très spécial est capable de la faire tomber par son rugissement ou l’atteindre par un bond prodigieux. Il me faut donc capturer un tel lion, le dompter et ce, au sein de mon propre royaume.

La tâche est loin d’être aisée, car un tel lion meurt ou devient fou dans certaines conditions environnementales. Pour qu’il survive hors de son royaume natal, il faut le modifier génétiquement en le croisant avec un chaméléon. Beaucoup ont tenté le coup et ça a parfois fonctionné, assez bien que certains prétendent que l’opération est facile. Mais elle ne l’est pas, croyez-moi, car elle dépend de nombreux paramètres. De plus, le lion génétiquement modifié ne tient pas toujours le coup et quand ça arrive, il faut opérer d’importants et coûteux changements à l’environnement du royaume d’implantation.

Pourquoi ne pas plutôt conquérir un des royaumes où naissent ces lions? Ne serait-ce pas plus simple, me diront beaucoup de gens? Eh bien, le problème est que ces royaumes sont gouvernés par une puissance dictatrice qui impose toutes sortes de règles rendant difficile la mise en place de territoires et le règne d’autres créatures que les lions et les léopards. Même la création d’enclaves est régie par des règles dont les moyens de contournement changent dans le temps. En particulier, la mise en place d’un territoire gouverné par un penguin est une lourde tâche dans les royaumes nataux des lions. Elle est certes possible, mais le résultat n’est pas garanti. Si le lion s’avère trop sauvage et le penguin ne survit pas, eh bien le royaume nouvellement conquis s’avérera totalement stérile pour moi, ce qui occasionnera un gaspillage considérable de ressources pour moi et un immense désespoir que rien ne pourra apaiser par la suite. C’est pourquoi je devais amener le lion dans mon royaume.

Autre problème: le lion est très sauvage hors de son royaume natal et l’apprivoiser peut faire beaucoup de dégâts. Je voulus donc créer une enclave au sein de mon royaume, dans laquelle j’allais pouvoir effectuer mes expériences sans affecter le territoire principal. Malheureusement, mon ancien royaume, sous le reigne de Salvator, ne peermettait pas de créer des enclaves dans lesquelles le lion pouvait survivre; il n’y avait pas tout à fait assez d’espace. Mon royaume secondaire, gouverné par la reine Ardnas, aurait pu permettre la création de l’enclave, mais son accès est difficile. La reine là-bas est capricieuse et demande à ce que toutes les communications soient effectuées par l’entremise d’une souris qui est très indisciplinée, refusant parfois d’obéir.

Je me suis procuré un premier lion déjà génétiquement modifié et j’ai demandé à Ardnas de le tester dans une enclave. Elle créa alors l’enclave de Leoj juste pour le lion, et on l’y installa de peine de misère. Ce fut très difficile à cause de la souris qui devint presque folle et du loin lui-même qui faillit devenir fou à son tour. Mais cela finit par fonctionner. Je ne pouvais toutefois pas espérer atteindre la pomme dans de telles conditions, car il fallait observer l’enclave de très haut pour ne pas être tué par le lion, et le lion refusa toujours et toujours de bondir ou rugir, préférant rester prostré ou se déplacer très lentement.

Je conquis donc un nouveau royaume et mis Drake au pouvoir pour le gouverner! Le royaume de Drake est beaaucoup plus grand et peut accueillir plusieurs enclaves, dont une pour mon lion tant convoité. Ainsi se créa l’enclaveEllehcim, destinée à accueillir le lion. Par contre, quelque chose dans le sol effrayait l’animal, l’empêchant de survivre à cet endroit. Il fallait trouver un autre lion, idéaelement un animal des montagnes, qui serait plus apte à endurer les conditions arides du royaume de Drake. Par contre, le lion des montagnes est difficile à trouver, car aucun alchimiste n’a pour le moment offert une version déjà modifiée, et le lion original ne peut être déniché que dans une plaine spéciale nommée McCap Sthor et accessible uniquement par le lion! Ainsi, il faut le lion ordinaire pour obtenir le lion des montagnes!

Par contre, un léopard des neiges, lui aussi modifié, put être implanté dans l’enclave Ellehcim du royaume de Drake! On ne saurait pourquoi lui survécut tandis que le lion, plus fort, mourut. Je réussis à apprivoiser quelque peu l’animal, mais il refusa de rugir au début. De plus, il me fallait toujours observer l’enclave de haut, quoique pas d’aussi haut que dans le cas de Leoj sous Ardnas. J’ai par contre fini par trouver un médicament que j’administrai au léopard et qui lui permit de rugir. Mais le léopard des neiges ne sautait pas assez haut et ne rugissait pas assez fort pour me permettre d’atteindre la plus haute pomme. Je ne pus obtenir que quelques pommes basses du pommier qui furent amères et pourries. La pomme du haut, dorée et juteuse, demeura cruellement inaccessible. Je songeai malgré tout en rester là et continuer à entraîner l’animal, qui finirait possiblement par me permettre de toucher mon but.

Mais la curiosité me poussait à savoir pourquoi le lion n’avait pas survécu. Je tentai d’obtenir de l’aide auprès de l’alchimiste qui avait modifié mon premier lion, mais tout ce qu’il put faire, c’est me confronter à une insoluble énigme. Pour qu’il me donne un coup de miain, je devais deviner une suite de nombres et de lettres à laquelle il pensait, et ne commettre aucune erreur. J’essayai plusieurs fois, en devins presque fou, puis finis par comprendre qu’il allait falloir me tourner vers autre chose.

Je compris alors que les alchimistes ne me seraient d’aucun secours pour atteindre la pomme. Il me fallait plutôt capturer un lion d’origine, l’enfermer dans une cage et lui injecter moi-même un virus pour modifier son code génétique. C’était la façon la plus courante de faire, celle sur laquelle je tombais sans cesse lors de mes recherches de plus en plus vaines et frustrantes. Le virus existait, je l’avais trouvé, et il semblait simple à utiliser. Il se nommait Yun Ni Bist.

Mais capturer le lion, ce fut une toute autre affaire. J’essayai avec le léopard des neiges, relativement domestiqué, mais ce dernier n’était pas assez puissant pour accéder à la plaine McCap Sthor, où le lion des montagnes se trouvait. Normalement, le léopard des neiges peut s’y rendre, mais l’alchimiste qui a traité l’animal a probablement cru bon de lui retirer cette capacité, la jugeant inutile. J’ai trouvé ça vraiment frustrant qu’on prenne une telle décision pour moi et me suis juré un jour de me venger, mais ce ne sera pas pour le moment. Par contre, je savais que le lion, lui, pouvait atteindre McCap Sthor! Il me fallait donc de nouveau me confronter à la souris pour accéder au royaume de Ardnas.

Une autre alternative à laquelle j’ai songé plusieurs fois consistait à sollisciter l’aide de la créatrice de Ardnas, qui dispose d’un royaume dans lequel le léopard et peut-être même le lion ordinaire et celui des montagnes peuvent survivre sans modifications génétiques. Je rêvai à plusieurs reprises qu’elle me vienne en aide, bien qu’habitant à des centaines de lieues de mes royaumes, et que nous capturions le lion des montagnes ensemble, voire même que nous le montions en croupe pour atteindre côte à côte la pomme dorée. Je l’imaginai me montrant son royaume et m’apprenant les trucs qu’elle connaissait pour apprivoiser le lion. Je l’imaginai ensuite me montrant d’autres royaumes, me faisant voyager à des endroits auxquel je ne peux que rêver. C’était si fort, si intense, que je faillis en oublier l’objectif initial pour me perdre dans ces chimères! Mais je savais que pareille chose était improbable, voire impossible. Cela augmenta le besoin de m’emparer de la pomme, pour faire cesser ces illusions!

Je suis donc revenu à la charge avec la souris et il y a eu une épouvantable bagarre pendant laquelle je fus blessé au visage, mordu au bras et faillis être assommé. Le combat fut si âpre et violent qu’à un certain moment, je ne savais même plus si c’étaient le lion ou la souris qui me frappaient! Mais je réussis à atteindre la plaine et à capturer le lion des montagnes. Lorsqu’il fut dans le royaume de Ardnas, je l’ai transféré dans un conteneur pour pouvoir le sortir de l’enclave Leoj, entourée d’un haut mur de briques. Il fallut le faire passer par un tunnel sécurisé qui fut ouvert du côté de Leoj. La chose faite, je devais le transférer dans le royaume de Drake, où je pourrais l’observer de plus près et le transformer génétiquement avec le chaméléon. Mais la distance entre les deux royaumes était trop grande pour transpoter le lion comme ça; il était trop lourd. Je dus donc procéder en utilisant un camion. Par contre, bien que l’espace de chargement dans le camion soit suffisamment grand pour le lion des montagnes, la compartimentation de la boîte de transport était telle que l’animal n’entrait pas. Je dus utiliser un autre camion, plus gros, avec un aménagement différent, plus flexible, de l’espace, et là le félin y entra.

Après cette bataille, je me résolus de rechercher une nouvelle souris qui saurait satisfaire les caprices de la reine Ardnas tout en étant moins sauvage. Je ne savais pas encore si j’allais la trouver, mais il le faudrait, surtout si je devais retourner dans l’enclave de Leoj pour repartir du lion des montagnes original, si jamais l’animal déjà capturé était mort pendant le transport. C’était bien possible, car le conteneur pouvait bien l’avoir étouffé!

Le camion se rendit sans encombre au royaume de Drake et déchargea son lourd contenu près de la zone donnant accès aux enclaves. Faire passer le chargement à l’intérieur de l’enclave Ellehcim fut malheureusement plus difficile que prévu, car le mur était plus haut que je pensais et Drake ne savait pas comment procéder à l’ouverture d’un tunnel créé depuis une enclave. Je parvins par chance à apprendre au léopard d’Ellehcim à recevoir un tunnel créé depuis l’extérieur, et cela permit le transfert du lion! Au pire, j’aurais demandé le soutien du penguin dans une autre enclave, mais ça aurait été plus compliqué.

Je tentai ensuite d’ouvrir le conteneur pour en faire ressortir le lion, mais l’opération échoua. Je crus que le transfert avait endommagé le chargement, effectuai des tests et découvris que non, tel n’était pas le cas. Il fallut ouvrir le conteneur avec un autre outil et là, le lion put en sortir. Ellehcim et moi l’installâmes dans un berceau temporaire où il pourrait survivre et recevoir le virus Yun Ni Bist pour être génétiquement modifié.

Il y eut un petit imprévu, car je découvris que Yun Ni Bist ne fonctionnerait qu’en présence d’un réceptacle physique normalement incompatible avec le système d’enclaves en place. Par chance, tel ne fut pas le cas et l’application de Yun Ni Bist put se faire. Mais le virus tarda à faire effet. Je crus bien que le lion allait devenir malade et que l’opération allait échouer. Il allait alors falloir tenter de la refaire, mais cette fois dans l’enclave Leoj de Ardnas. Mais ça ne se ferait pas avant d’avoir une nouvelle souris, oh ça oui. Toutefois, le virus finit par faire son effet et l’opération de mutation se termina.

L’implantation du lion muté ne fut pas facile et occasionna beaucoup de rugissements et des coups de griffe qui faillirent détruire le royaume de Drake! Mais après tous ces combats, le lion s’installa dans une nouvelle enclave, nommée Eiluj, et y survécut. Il lui fallut des médicaments pour pouvoir régur, et il faudra beaucoup de temps pour l’approvoiser. Mais avec tout ça, j’ai un certain espoir d’un jour atteindre la pomme!

L’histoire de mes giraffes

IMG_20131027_105754

Il était une fois, voilà plus de mille cycles terrestres, une giraffe du nom de Annie. Elle disposait d’un puissant pouvoir partagé par plusieurs autres membres de son espèce, mais contrairement aux autres, elle savait en faire usage pour exploiter les mâles de façon insidieuse. Alain eut le malheur de tomber dans sa ligne de mire. Annie utilisa contre lui son arme la plus redoutable: la séduction. Alain ne put résister: il s’accoupla avec Annie et tous deux se choisirent un territoire commun où ils habitèrent pendant plusieurs cycles terrestres.

Mais un jour, Annie en eut assez de Alain et utilisa ses pouvoirs mentaux pour le terrasser, aussi simple que ça. Alain, défait, dut céder son territoire et la quasi-totalité de ses biens à Annie qui en fit, malheureusement, un usage plutôt pervers. Plutôt que garder le territoire pour elle seule, elle le céda, en entier, à un jeune puceau innocent nommé James. La raison officielle était qu’elle manquait de ressources pour vivre seule sur le territoire. La chasse était pour elle trop difficile sans un mâle pour la seconder et le territoire était trop grand pour son esprit légèrement agoraphobe. Elle céda donc le territoire à James et s’en trouva un plus petit convenant mieux à ses besoins immédiats. En plus, elle parvint à en tirer une compensation substantielle, qu’elle dut par contre partager avec la famille de Alain pour dédommager sa mort.

Mais Annie ne voulut pas en rester là. Elle savait pouvoir utiliser la séduction sur James de la même façon qu’elle l’avait fait sur Alain, pour que James l’invite à vivre avec lui sur son territoire. Annie était prête à céder son nouveau territoire plus petit à des amis qui en voudraient bien pour retourner vivre, avec James, dans son territoire d’origine!

James avait en plus un important handicap: son cou plus petit que la moyenne lui rendait difficile l’accès à la nourriture et la surveillance du territoire (sa tête se trouvait plus basse si bien qu’il avait une moins bonne vue d’ensemble). Annie savait pouvoir l’aider à combler ces lacunes. James aimerait beaucoup et voudrait qu’elle soit à ses côté dès qu’il y aurait goûté suffisamment.

Elle espérait non pas vivre avec James et s’accoupler avec lui pour la vie mais plutôt le détruire comme elle avait fait avec Alain et lui ôter ses ressources. Avec ce qu’il possédait, elle pourrait vivre seule sur le territoire après l’avoir supprimé! Elle pourrait peut-être même en obtenir un fils! Malheureusement, James était protégé par deux puissants anges-gardiens: l’ours Albert et l’éléphant Victoria. James ne verrait pas Annie venir avant qu’il ne soit trop tard, mais Albert et Victoria, beaucoup plus expérimentés, oui. Annie ne put donc pas utiliser tous ses fabuleux pouvoirs contre James. Elle en fit par contre suffisamment usage pour que James pense à elle souvent et finisse par se languir, les charmes de Annie lui manquant sans cesse.

Annie espérait que James lui avouerait tout lorsqu’il serait hors de la protection de ses anges-gardiens, mais il n’en fit rien. Au contraire, James se battit! Il combattit son désir de s’accoupler avec Annie avec une étonnante et inconcevable férocité.

Pendant plus de six longues années lunaires, il tenta de la déraciner de son esprit en vain. Pour cela, il combina plusieurs stratégies. D’abord, il appliqua des techniques communes pour réduire son désir de s’accoupler en général. Il tenta aussi de réduire le besoin d’une partenaire pour la vie dans son territoire. Pour ce faire, il passa un temps incalculable à apprendre à sauter, pour compenser son cou trop petit. Ses anges-gardiens furent fiers de ses prouesses, car ses sauts lui permettaient d’atteindre la nourriture que son cou rendait inaccessible. Mais seraient-ils aussi fiers s’ils savaient la véritable raison de sa détermination? James aussi était fier de ses prouesses, assez qu’il s’amusait parfois à les écrire dans les airs, sous la forme de signaux de fumée. Parfois, il se demandait s’il ne faisait pas ça pour qu’Annie les capte et soit impressionnée. Enfin, James appliqua de douteuses techniques de son crû pour réguler les images mentales produites par Annie.

Aucune des techniques qu’il employa ne firent appel à des substances capable d’affecter le fonctionnement de son cerveau. Il s’en tenait par principe à des techniques naturelles. Certaines de ces techniques se qualifiaient de douteuses non pas à cause d’un danger qu’elles pourraient causer à lui-même ou à d’autres mais parce qu’il les développait lui-même, sans bases théoriques suffisantes pour s’assurer de leur efficacité.

C’est seulementt pendant un voyage à plus de 3000 kilomètres de son territoire qu’il trouva enfin quelque chose pour lui venir en aide. Là où il alla avec ses anges-gardiens, il vécut certains moments de solitude tandis qu’il se trouvait hors de leur protection. C’est là que le soleil lui tapa le plus fort sur la peau mais aussi l’absence des charmes d’Annie le fit souffrir. James n’en pouvant plus, il demanda à l’univers de lui donner une arme lui permettant de se débarrasser d’Annie et dans le pays magique où il se trouvait, il fut exaucé. Il revint donc dans son territoire avec ce qu’il faut pour terrasser Annie et put alors vivre en paix, pas tout à fait heureux car accablé par des soucis sans cesse croissants mais conscient qu’avec Annie, ça aurait pu n’être que pire!

La technique utilisée par James est toute simple. Il lui a suffi d’appliquer une série de transpositions. Chaque fois que James pensait à Annie, il la remplaçait par au moins deux autres personnes qu’il connaissait. S’il visualisait Annie l’aidant à attraper de la nourriture, il pensait à ses anges-gardiens pouvant l’aider dans cette tâche quand ils venaient le visiter. S’il pensait à Annie lui offrant de monter sur son dos, il pensait à ses anges-gardiens ou d’autres membres de son espèce lui offrant le même service, et se rendait compte qu’il n’aurait pas vraiment apprécié faire ainsi. La présence de ses proches étant bien plus réelle que les hypothétiques services d’Annie, les images mentales de ses proches devinrent plus fortes que celles de Annie et son esprit réduisit la priorité d’Annie, lentement, progressivement, sûrement et simplement. C’est comme ça qu’on fait ça, s’amuse-t-il à dire souvent, du vrai travail de pro!

Par contre, James dut pendant longtemps continuer à réduire son besoin de s’accoupler et son besoin d’une partenaire, car il sentait toujours les images d’Annie en lui. Il se savait aussi vulnérable à d’autres semblables à Annie; d’autres pouvaient déceler sa faille et s’y engouffrer. En particulier, James eut une tache mauve sur sa paeau quelques temps après son retour de voyage. Selon ses confrères, cette tache était très difficile à enlever. James savait qu’Annie l’aurait aidé à s’en débarrasser et pour cela, il voulut la traiter lui-même avec une ténacité sans faille. Il passa donc des jours et des jours, sans arrêt, à se lécher la peau, jusqu’au sang, même, et il finit un bon moment, à bout de souffle, par s’en débarrasser.

Ses anges-gardiens constatèrent par contre peu après que sa langue
était rendue mauve. Cela plongea James dans un profond découragement, car James savait qu’avec Annie auprès de lui, sa langue n’aurait pas changé de couleur. Il lui fallut des médicaments, l’aide d’un médecin et plusieurs cycles terrestres pour que
sa langue reprenne une couleur normale. Mais il y parvint.

Annie ne disparut jamais complètement de son esprit, mais elle ne l’obséda plus.