La machine distributrice

Rendu à la station Bonaventure, en route vers Chambly pour un souper de famille, je commençais à avoir super faim. J’ai alors voulu me prendre un petit sac de chips pour pouvoir tenir sans virer fou jusqu’au moment où on soupe, possiblement tard parce qu’on allait attendre quelqu’un ou le repas. Obtenir le sac a été un véritable chiarre.

D’abord, j’ai dû examiner la machine distributrice pour trouver le numéro du sac que je voulais: 207, pour un sac Lay’s au BBQ. Pour ça, il n’y a pas de magie, il faut être un peu chanceux et regarder. Les numéros auraient pu être trop petits, me laissant avec aucune solution simple. Bon, j’aurais pu pousser jusqu’à prendre une photo avec mon téléphone, zoomer à mort et examiner ça, mais là franchement ça commence à faire compliqué pour avoir un simple sac de chips! Par chance, je n’eus pas besoin d’aller aussi loin.

Bon, compartiment à monnaie, il y avait un 1 clignotant en bleu dessus. J’insérai une pièce que je croyais être un 2$, ce qui activa un clavier de type téléphone dont les numéros clignotaient en bleu. Logique, faut entrer le code du produit qu’on veut. On y va!

J’entrai le 207, puis appuyai sur le bouton juste à droite du zéro, encore une icône sans aucun sens pour moi. Mais habituellement, à droite du 0, c’est un OK ou un Enter, alors logiquement, ça va fonctionner, me dis-je. Mais la machine se contenta d’émettre un petit son, et puis semblait se réinitialiser, ignorant ma requête. Après avoir appuyé sur le bouton, les chiffres s’éteignaient.

J’essayai deux ou trois autres fois d’entrer le code: même résultat. Après un certain temps, au moins une minute d’essais, je découvris un affichage ACL au-dessus du compartiment à monnaie. Ce dernier m’indiquait que mon achat coûtait 1.50$. Soit j’avais inséré une pièce de 1$, soit la maudite cochonne avait considéré ma pièce de 2$ comme un 1$. Un peu choqué et tanné, j’ajoutai deux pièces de 0.25$ et essayai encore. Je n’obtins qu’un message indiquant qu’aucune monnaie n’était rendue sans achat. Mais voyons! L’affichage ACL indiquait les chiffres entrés, ce qui me permit au moins de m’assurer que la machine recevait bien le code que je lui tapais!

Parfois, quand j’essayais d’entrer le code, la machine recevait un chiffre plusieurs fois, accroissant ma frustration. J’ai fini par découvrir un X rouge à gauche du zéro; cela permettait d’effacer le code et le corriger. Mais bien que je pouvais à présent vérifier, sur l’affichage, que j’avais entré le bon code, rien ne se passait quand j’appuyais sur le bouton à droite.

J’ai fini par me choquer, de plus en plus certain que cette maudite machine était défectueuse et s’était contentée de bêtement manger mon argent sans rien me cracher en retour! Mais par chance, avant de repartir en maudit, je découvris un bouton OK en-dessous du clavier numérique, qui s’illuminait après que j’aie entré le code. BON! J’appuyai là-dessus et quelque chose sembla ENFIN se produire. Ok, alors le bouton à droite du zéro est pour rendre la monnaie. Mon achat fait, j’appuyai dessus, mais rein ne se passa. Par contre, l’appareil n’avait pas de monnaie à me rendre: j’avais inséré 1.50$ et fait un achat de cette valeur.

Le sac, je finis par l’avoir; c’est quelqu’un qui vit que j’avais de la misère et m’aida à trouver le compartiment où il était. Mais j’étais rendu au bout du processus à ce point-là: trouver le compartiment de sortie aurait été une question de quelques secondes supplémentaires!

Rendu à ce point-là, je me suis dit que ça aurait été bien plus simple d’aller acheter ça dans un dépanneur ou me prendre un Pretzel au complexe Les Ailes en sortant du bureau! Quelle affaire de fou! Le sac de chips au moins m’aida à me rendre au souper sans devenir grognon et désagréable.

4 réponses sur “La machine distributrice”

Laisser un commentaire