La machine distributrice

Rendu à la station Bonaventure, en route vers Chambly pour un souper de famille, je commençais à avoir super faim. J’ai alors voulu me prendre un petit sac de chips pour pouvoir tenir sans virer fou jusqu’au moment où on soupe, possiblement tard parce qu’on allait attendre quelqu’un ou le repas. Obtenir le sac a été un véritable chiarre.

D’abord, j’ai dû examiner la machine distributrice pour trouver le numéro du sac que je voulais: 207, pour un sac Lay’s au BBQ. Pour ça, il n’y a pas de magie, il faut être un peu chanceux et regarder. Les numéros auraient pu être trop petits, me laissant avec aucune solution simple. Bon, j’aurais pu pousser jusqu’à prendre une photo avec mon téléphone, zoomer à mort et examiner ça, mais là franchement ça commence à faire compliqué pour avoir un simple sac de chips! Par chance, je n’eus pas besoin d’aller aussi loin.

Bon, compartiment à monnaie, il y avait un 1 clignotant en bleu dessus. J’insérai une pièce que je croyais être un 2$, ce qui activa un clavier de type téléphone dont les numéros clignotaient en bleu. Logique, faut entrer le code du produit qu’on veut. On y va!

J’entrai le 207, puis appuyai sur le bouton juste à droite du zéro, encore une icône sans aucun sens pour moi. Mais habituellement, à droite du 0, c’est un OK ou un Enter, alors logiquement, ça va fonctionner, me dis-je. Mais la machine se contenta d’émettre un petit son, et puis semblait se réinitialiser, ignorant ma requête. Après avoir appuyé sur le bouton, les chiffres s’éteignaient.

J’essayai deux ou trois autres fois d’entrer le code: même résultat. Après un certain temps, au moins une minute d’essais, je découvris un affichage ACL au-dessus du compartiment à monnaie. Ce dernier m’indiquait que mon achat coûtait 1.50$. Soit j’avais inséré une pièce de 1$, soit la maudite cochonne avait considéré ma pièce de 2$ comme un 1$. Un peu choqué et tanné, j’ajoutai deux pièces de 0.25$ et essayai encore. Je n’obtins qu’un message indiquant qu’aucune monnaie n’était rendue sans achat. Mais voyons! L’affichage ACL indiquait les chiffres entrés, ce qui me permit au moins de m’assurer que la machine recevait bien le code que je lui tapais!

Parfois, quand j’essayais d’entrer le code, la machine recevait un chiffre plusieurs fois, accroissant ma frustration. J’ai fini par découvrir un X rouge à gauche du zéro; cela permettait d’effacer le code et le corriger. Mais bien que je pouvais à présent vérifier, sur l’affichage, que j’avais entré le bon code, rien ne se passait quand j’appuyais sur le bouton à droite.

J’ai fini par me choquer, de plus en plus certain que cette maudite machine était défectueuse et s’était contentée de bêtement manger mon argent sans rien me cracher en retour! Mais par chance, avant de repartir en maudit, je découvris un bouton OK en-dessous du clavier numérique, qui s’illuminait après que j’aie entré le code. BON! J’appuyai là-dessus et quelque chose sembla ENFIN se produire. Ok, alors le bouton à droite du zéro est pour rendre la monnaie. Mon achat fait, j’appuyai dessus, mais rein ne se passa. Par contre, l’appareil n’avait pas de monnaie à me rendre: j’avais inséré 1.50$ et fait un achat de cette valeur.

Le sac, je finis par l’avoir; c’est quelqu’un qui vit que j’avais de la misère et m’aida à trouver le compartiment où il était. Mais j’étais rendu au bout du processus à ce point-là: trouver le compartiment de sortie aurait été une question de quelques secondes supplémentaires!

Rendu à ce point-là, je me suis dit que ça aurait été bien plus simple d’aller acheter ça dans un dépanneur ou me prendre un Pretzel au complexe Les Ailes en sortant du bureau! Quelle affaire de fou! Le sac de chips au moins m’aida à me rendre au souper sans devenir grognon et désagréable.

Un mystérieux problème de pression d’eau dans la douche

Lundi, 3 août 2015, l’installation de mon nouveau chauffe-eau par Hydro Solutions a eu lieu. Cette opération était obligatoire dans mon projet de condo en raison des risques accrus de bris après dix ans pour un chauffe-eau. Pour éviter une explosion des coûts d’assurance déjà élevés, il faut tout faire ce qu’on peut pour réduire les risques de dégâts d’eau!

Le remplacement s’est bien passé, à part quelques difficultés à vider l’ancien chauffe-eau; la valve de sortie était bouchée. Je ne sais pas comment ils  sont parvenus à régler ça, mais ça a fini par se vider. Le nouveau chauffe-eau fonctionna de sorte que j’ai eu de l’eau chaude environ une heure après l’installation.

Casse-tête

Malheureusement, une petite surprise m’attendait lorsque je voulus prendre ma douche le soir venu. La valve du robinet de ma douche s’est toujours comportée de façon étrange. Je me serais attendu à ce qu’à mi-course, elle me fournisse de l’eau tiède. En lieu et place, j’obtiens d’abord de l’eau trop froide qui met parfois vingt secondes à devenir tiède! Et puis elle devient trop chaude de sorte qu’il me faut tourner le robinet vers la droite, parfois presqu’au minimum, pour enfin ravoir de l’eau tiède. On ne saura jamais si c’est un défaut de fabrication, la valve qui est de mauvaise qualité, un réglage incorrect, etc.

Mais ce soir-là, ce fut pire. Au début, il y a eu de l’air dans le tuyau, puis ça s’est placé. Puis la pression s’est mise à diminuer de sorte que je ne pouvais plus utiliser certains jets de la douche téléphone. J’ai fini par me rendre compte que si je tournais le robinet vers la gauche, l’eau devenait super chaude et j’avais la pression normale. Pour ravoir de l’eau tiède, je devais tourner le robinet au minimum et obtenais peu de pression.

Comme le réseau de canalisations a été ouvert pour remplacer le chauffe-eau, il me semblait parfaitement possible que quelque chose, comme un morceau de bois ou de soudure, voire une vis, se soit coincé dans un tuyau et ait atterri à l’entrée de ma valve de douche. Mais ça ne pouvait pas impacter l’eau froide, qui n’a pas été affectée par l’intervention, à moins que je n’aie pas tout compris ce qui s’est passé là! Ça aurait dû être l’eau chaude qui cause problème, ou la pression globalement. Je me rappelai à Chambly, chez mes parents, après que le plombier ait passé les tuyaux d’eau chaude et d’eau froide pour le garage. Le lavabo dans la salle de bain ne fonctionnait plus bien, jusqu’à ce que mon père dévisse le grillage du bec du robinet pour en faire sortir un petit bout de bois. C’est peut-être la même chose, pensai-je, mais pourquoi l’eau froide? Tout portait à croire que la morceau s’était coincé dans la cartouche du robinet, ce qui demanderait pas mal de gossage pour l’en faire sortir. Au mieux, il faudrait, pensai-je, sortir la cartouche de là et la secouer. Mais il n’était pas à exclure que la démonter, voire la remplacer, soit nécessaire! Et pour sortir cette damnée cartouche de là, il se pouvait qu’on soit obligé d’aller la chercher par en arrière, ce qui impliquerait de défoncer le mur dans le passage entre la cuisine et ma chambre. La réparation du trou que ça causerait nécessiterait des semaines de travail à temps perdu auquel je ne pourrais pas vraiment contribuer sans tout gâcher.

J’ai passé la semaine à me gratter la tête sur ce problème! Des recherches sur Internet m’ont appris la technique générale pour remplacer la cartouche: ôter la poignée, retirer le disque recouvrant le mécanisme en ôtant les deux vis, puis ôter un cache-cartouche, et enfin défaire les écrous unissant la cartouche au corps du robinet ou au réseau de tuyaux. Mais les informations n’étaient pas tout à fait claires et surtout, aucune des image ne correspondait vraiment à mon robinet. Cela me laissait croire que le robinet ressemble effectivement à ces images, mais la majeure partie du mécanisme est dans le mur, derrière le panneau de la cabine de douche! J’ai trouvé ça tellement choquant que ce soit si mal fait que je ne sais pas encore comment réagir!

Est-ce que je possède un robinet mitigateur, une valve thermostatique ou est-ce que ces deux termes sont synonymes? Je ne peux pas le savoir exactement. En tout cas, ce que je sais, c’est que plus je faisais de recherches sur le sujet, plus ça m’embrouillait l’esprit et plus je voulais continuer à chercher pour essayer de trouver, et m’embrouillais encore et encore plus!

Si je pouvais découvrir le modèle de ce robinet, peut-être pourrais-je obtenir enfin quelque chose de plus spécifique. Même ça me fut impossible à trouver. Je ne trouvai aucune mention du numéro de modèle sur le robinet, la poignée, etc. Ça doit encore être écrit en arrière! On dirait à présent que c’est une nécessité, pour être propriétaire, d’être prêt à démolir et reconstruire des murs, refaire de la peinture tout le temps et puis recommencer un an après dans une autre pièce. Bien entendu, il aurait fallu garder la facture du robinet, mais ce sont les anciens propriétaires qui l’ont acheté, et ils ne m’ont jamais donné cette facture-là de sorte qu’elle a dû être perdue quelque part on ne sait où.

Vendredi soir, un nouvel élément s’est ajouté. Quand j’ai pris mon bain, j’ai constaté que je ne pouvais plus obtenir d’eau froide après que l’eau ait coulé un certain temps. Au minimum, le robinet me donnait de l’eau tiède. Le problème ressemblait à celui de la douche, en moins pire. Je me suis questionné quant à la possibilité que le tuyau soit bouché, me suis demandé comment on pourrait faire pour le débloquer sans ouvrir les murs, trouver où ça ne passe plus, couper et puis reconnecter avec une jonction. Peut-être existe-t-il des solutions liquides qu’on pourrait faire circuler dans le tuyau et qui dissoudraient certains éléments solides? Peut-être si on souffle de l’air comprimé là-dedans? Mais il faudrait limiter la pression pour ne pas faire éclater les tuyaux, surtout s’ils sont en PVC. Faudra que je confie ça à mon père, ça c’est certain, pensai-je. De toute façon, je n’ai pas de compresseur, lui en a un pour alimenter des outils pneumatiques. Et puis je me suis rappelé que c’était l’eau froide qui était problématique, pas la chaude, et les gens d’Hydro Solutions n’avaient aucune raison d’ouvrir le circuit d’eau froide!

Comme seuls le bain et la douche causaient problème, je me suis mis à jongler sur la possibilité que ces valves soient plus sophistiquées que celles des autres robinets, capables de réguler la température. Si la valve s’attend à recevoir de l’eau chaude à telle température et la reçoit plus chaude ou plus froide, peut-être va-t-il réagir en réduisant la pression? Ce serait à creuser, pensai-je. Idéalement, il faudrait recalibrer ces valves-là pour qu’elles fonctionnent normalement, mais au pire, on peut aussi réajuster la température du chauffe-eau, quoique trouver le thermostat va me demander un peu de temps.

Tentative d’exploration

Dans tous les cas, me dis-je, obtenir plus d’informations au sujet de cette valve me serait bien utile. Si je pouvais trouver le modèle, au moins ça permettrait à mes parents de m’aider à obtenir la cartouche, s’il fallait en bout de ligne la remplacer. Je pourrais aussi trouver s’il y a des réglages de température qu’on peut faire, pour remettre cette valve en synchronisation avec le nouveau chauffe-eau, et pourquoi pas tant qu’à faire, en améliorer le fonctionnement.

Mais pour ça, il me fallait ôter la poignée du robinet, ce qui nécessitait une clé Allen que je n’avais pas. Samedi matin, 8 août 2015, je suis allé chez Rona avec la poignée du robinet de mon bain, qui s’enlève facilement depuis que j’habite ce condo; on n’a jamais réussi à lui serrer la vis! Ça prenait une clé Allen qu’on n’avait pas, espérons-le la même que celle qu’il me fallait pour la douche. Alors chez Rona, j’ai pu obtenir un jeu de clés Allen métriques et l’une d’elle faisait. J’ai ainsi pu resserrer la vis de ma poignée de bain.

La poignée de douche, par contre, me posa plus de difficultés. D’abord, la clé Allen sembla s’ajuster, mais elle s’est mise à tourner dans le beurre. Pourtant, la poignée était bien fixée en place, impossible de la retirer sans risquer de casser de quoi! J’ai essayé avec d’autres clés: ça tournait dans le beurre, c’était trop petit, c’était trop gros. J’ai essayé avec un tournevis, avec une autre clé Allen que j’avais eue avec un meuble, encore avec la première clé, en vain. Coup donc, se pourrait-il qu’elle soit collée? Mais pourquoi???

Un moment donné, j’ai brassé un peu la poignée de l’avant vers l’arrière et elle a commencé à bouger, puis j’ai pu l’enlever complètement. Elle était coincée, peut-être à cause du calcaire. Mais là je l’avais! La photo suivante montre de quoi ça avait l’air rendu là.

DSC04163

Prochaine étape: retirer les deux vis. Cela n’a posé aucune difficulté et m’a permis d’ôter le disque de métal protégeant le mécanisme interne du robinet. Ce qui se trouvait derrière m’a fait un peu peur et reculer. Ça ressemble à la figure suivante.

DSC04164

D’abord, on remarque au bas du cercle un spot de colle ou de silicone, laissant croire que j’ai cassé un joint d’étanchéité en ouvrant ça.  Est-ce que ce joint est vraiment nécessaire? Il semble avoir été fait de façon artisanale, un peu n’importe comment, ou bien il a fondu, sinon il couvrirait tout le diamètre du cercle à peu près uniformément. Sous cette colle, on remarque des inscriptions que je ne suis pas parvenu à déchiffrer. Je n’ai pas osé gratter la colle, car peut-être même cassé, le joint sera utile. Je n’ai pas les ressources pour le refaire, mais probablement que mon père le pourrait, s’il le fallait.

En haut du disque, on remarque le mot WALL. Serait-ce la marque du robinet? J’ai cherché, en vain. Il y avait aussi le mot THIS écrit. Pourquoi? Au centre du disque, là où se trouve la poignée, se trouve un cercle rouge avec une encoche. Serait-ce un réglage de température? Mais si oui, pourquoi n’est-il pas accompagnée d’une indication, voire d’une jauge graduée? Ne sachant que faire, je n’ai pas tenté de faire pivoter l’encoche rouge. J’ai aussi coupé l’eau pour éviter des dégâts, et j’avais pris soin de placer une serviette sur le trou d’évacuation de l’eau vers les égouts, au cas où une vis tomberait par terre.

J’ai aussi remarqué deux écrous qui retenaient l’assemblage à quelque chose en arrière du panneau. Mais comment Diable pourrait-on retirer ces écrous si c’était nécessaire? Le seul outil que j’ai pour ça, une clé réglage, serait parfaitement inefficace, à moins de tout casser le panneau pour que ça puisse passer. Je me souvenais vaguement avoir entendu annoncer un outil permettant de dévisser des écrous difficiles d’accès, mais je ne parvenais pas à trouver le nom de cet outil, encore moins le courage d’essayer de me le procurer et de m’en servir! De toute façon, était-il vraiment nécessaire d’ôter ces écrous? Et si je le faisais et ne pouvais plus les remettre, après, je risquais de ne plus pouvoir rallumer l’eau jusqu’à ce que ce soit réglé. Dépassé, un peu découragé, j’ai tout fermé ça.

Pendant le remontage, les deux vis tombèrent par terre, ce qui accrut mon exaspération et ma frustration. Je n’ai pu retrouver qu’une seule des deux vis. La deuxième a demandé plusieurs minutes de recherche, mais j’ai fini par l’avoir.

Qu’en est-il de la poignée? Eh bien la clé Allen a ôté une petite vis qui est tombée dans le boîtier. J’ai réussi à la retrouver en secouant un peu la poignée et puis la remettre à sa place. Puis j’ai remis la poignée là où elle devait être.

Ce soir-là, je n’ai pas osé prendre de douche. J’avais trop peur qu’à cause du joint brisé, que ça frise partout dans le mur et que le voisin d’en-dessous vienne me servir une engueulade et qu’ensuite, l’administration de mon projet de condo me fasse des misères, m’accusant de négligence et me considérant entièrement responsable du dégât? La possibilité que les assurances refusent tout remboursement me hantait, me mettant à la torture.

Le thermostat

Je n’ai certes pas pris de douche samedi soir, mais j’ai pris un bain. En observant de nouveau le comportement du robinet, j’ai repris confiance en mon hypothèse de température du chauffe-eau. J’ai confirmé, en consultant le manuel de l’appareil sur le site de Giant, que la température par défaut était 60 degrés Celcius. Quelle était la température de mon ancien chauffe-eau? Je me souvenais vaguement que mon père avait regardé quand il avait changé un élément, en 2009, c’était quelque chose comme 54 degrés. Comme on ne peut pas de façon fiable réajuster ces maudites valves sans risquer de faire pisser de l’eau partout dans les murs ou devoir tout casser d’une façon ou d’une autre, on va essayer avec le chauffe-eau. J’ai en fait honte de ne pas avoir tenté ça en premier! Mon perfectionnisme m’aura une fois de plus causé d’inutiles tracas.

Alors dimanche matin, j’ai coupé le courant et ôté la vis du panneau d’accès de mon chauffe-eau. Ce que j’ai trouvé là était plus effrayant encore que le robinet. Il y avait plein de vis, plein de fils, des fils qui semblaient retenus par des vis, mais surtout, pas de thermostat.  J’ai cherché ça longtemps, ce maudit thermostat-là, au moins vingt minutes, sinon plus. J’ai pris des photos et regardé ça sur l’ordinateur, j’ai pris d’autres photos, ça n’en finissait plus! L’image suivante montre de quoi ça avait l’air une fois ouvert.

DSC04165

Le thermostat était difficile à trouver, car il était dissimulé derrière un fil! J’ai fini par remarquer  ce qui ressemblait à OFF, mais c’était en fait une température en degrés Fahrenheit, sous laquelle il y avait l’équivalent en Celsius. L’échelle était plutôt approximative, seulement trois valeurs fixes: 32 degrés, 52 degrés et 66 degrés! Après encore un temps fou, j’ai fini par trouver une flèche pointant entre 66 et 52, genre 60 degrés. AH! Obtenir une image de ça pousse décidément mon appareil-photo à ses limites, mais la voici malgré tout.

DSC04175

Ensuite, il m’a fallu trouver où faire entrer le tournevis plat. J’ai fini par l’avoir et par faire pivoter la vis de sorte que la flèche a bougé vers le 52 degrés.

DSC04176

La chose faite, j’ai remis en place le panneau, posé la vis et puis remis le courant. Il fallut attendre le soir pour que l’eau refroidisse un peu afin de tester la douche, mais cela ne produisit pratiquement aucun effet.

D’autres tests

Lundi soir, j’ai tenté de couper l’eau froide et tester le robinet. En position minimale, je n’avais presque pas d’eau. En position maximale, l’eau chaude coulait. Après ce test, ça avait l’air un peu mieux, mais ce n’était pas parfait, loin de là. Découragé, suivant la suggestion de mon père, j’ai tenté de téléphoner chez Hydro Solutions mardi matin et je n’ai obtenu que peu de progrès. Comme le problème était localisé à un robinet, ce n’était pas le chauffe-eau si bien que la garantie ne s’appliquait pas à ça. Le gars m’a suggéré d’enlever mon pommeau de douche et faire couler l’eau, car peut-être des débris s’étaient coincés dans le pommeau.

J’ai essayé cela mardi soir. La pression de l’eau froide était certes plus faible que celle de l’eau chaude, avec le pommeau ôté, mais l’eau froide coulait plus qu’avec le pommeau. Remettre en place la douche téléphone a demandé trois essais. La première fois, ça coulait au niveau du joint entre la partie fixe de la douche, vissée au mur, et le raccord l’unissant au tuyau flexible de la douche téléphone. La seconde fois, ça coulait un peu moins, mais ça coulait quand même, cette fois au niveau du raccord entre la jonction et le tuyau flexible. De plus, le pommeau ne tenait plus, car la jonction n’était pas suffisamment serrée. La troisième tentative fut la bonne et la pression avait l’air pas mal mieux après!

La touche finale

Jeudi, 13 août 2015, mon père m’a rendu une petite visite et a vérifié les derniers détails. D’abord, il m’a montré l’emplacement du second thermostat du chauffe-eau. Eh oui, il y en avait un deuxième! Il y en a un par élément. J’aurais pu le chercher très très longtemps, car il était dans un second panneau, en bas du premier que j’avais ouvert. Je n’avais pas pensé chercher un autre panneau! Nous avons ajusté les deux thermostats de sorte à ce que la température soit comme avant, avec l’ancien chauffe-eau.

Puis mon père a trouvé comment ajuster le robinet! Là où j’avais remarqué des écrous samedi passé, il y avait des vis au-dessus qu’on pouvait faire tourner pour ajuster le débit d’eau froide et d’eau chaude. Mon père a fait pivoter la vis de l’eau froide pour refermer le débit puis l’a rouverte, ce qui a mystérieusement débloqué le robinet complètement! Après ça, la pression était enfin normale!

Conclusion

En résumé, il aura fallu réajuster la température de mon chauffe-eau, vérifier que la douche téléphone n’était pas bloquée par des débris et réajuster la température du robinet, ce qui en a débloqué son mécanisme interne. Sans problèmes du passé, je n’aurais pas pu mener cette investigation aussi loin que je l’ai fait; j’aurais été obligé d’attendre que mon père vienne tout arranger.

En particulier, c »est grâce au problème avec mon élément de chauffe-eau, en 2009. D’abord, c’est à ce moment-là que j’ai vu comment mon père a ôté la porte de la salle de lavage; il m’a fallu l’enlever pour que les gars d’Hydro Solutions viennent installer le chauffe-eau. C’est aussi lors du remplacement de l’élément, en 2009, que j’ai appris l’existence du thermostat et le moyen approximatif de le régler. Pas sûr que j’aurais pu le retrouver et déchiffrer les inscriptions de températures autour, mais au moins j’avais une idée d’où il était!

Voilà quelques années, j’ai aussi eu des problèmes avec le tuyau de ma douche téléphone qui a fendu. Quand j’ai remplacé le tuyau, l’un des joints d’étanchéité est tombé et je ne l’ai pas remarqué. J’ai été chanceux que ça ne coule pas. Mon père l’a retrouvé et m’a montré où ça allait. Si, mardi passé, je n’avais pas su l’existence de ces petits anneaux de caoutchouc, l’un d’eux serait peut-être tombé, celui par exemple unissant la jonction avec la partie fixe, et ça aurait peut-être coulé tout le temps; je n’aurais pas réussi à stabiliser le système avant que mon père ne vienne jeudi.