L’histoire de mes giraffes

IMG_20131027_105754

Il était une fois, voilà plus de mille cycles terrestres, une giraffe du nom de Annie. Elle disposait d’un puissant pouvoir partagé par plusieurs autres membres de son espèce, mais contrairement aux autres, elle savait en faire usage pour exploiter les mâles de façon insidieuse. Alain eut le malheur de tomber dans sa ligne de mire. Annie utilisa contre lui son arme la plus redoutable: la séduction. Alain ne put résister: il s’accoupla avec Annie et tous deux se choisirent un territoire commun où ils habitèrent pendant plusieurs cycles terrestres.

Mais un jour, Annie en eut assez de Alain et utilisa ses pouvoirs mentaux pour le terrasser, aussi simple que ça. Alain, défait, dut céder son territoire et la quasi-totalité de ses biens à Annie qui en fit, malheureusement, un usage plutôt pervers. Plutôt que garder le territoire pour elle seule, elle le céda, en entier, à un jeune puceau innocent nommé James. La raison officielle était qu’elle manquait de ressources pour vivre seule sur le territoire. La chasse était pour elle trop difficile sans un mâle pour la seconder et le territoire était trop grand pour son esprit légèrement agoraphobe. Elle céda donc le territoire à James et s’en trouva un plus petit convenant mieux à ses besoins immédiats. En plus, elle parvint à en tirer une compensation substantielle, qu’elle dut par contre partager avec la famille de Alain pour dédommager sa mort.

Mais Annie ne voulut pas en rester là. Elle savait pouvoir utiliser la séduction sur James de la même façon qu’elle l’avait fait sur Alain, pour que James l’invite à vivre avec lui sur son territoire. Annie était prête à céder son nouveau territoire plus petit à des amis qui en voudraient bien pour retourner vivre, avec James, dans son territoire d’origine!

James avait en plus un important handicap: son cou plus petit que la moyenne lui rendait difficile l’accès à la nourriture et la surveillance du territoire (sa tête se trouvait plus basse si bien qu’il avait une moins bonne vue d’ensemble). Annie savait pouvoir l’aider à combler ces lacunes. James aimerait beaucoup et voudrait qu’elle soit à ses côté dès qu’il y aurait goûté suffisamment.

Elle espérait non pas vivre avec James et s’accoupler avec lui pour la vie mais plutôt le détruire comme elle avait fait avec Alain et lui ôter ses ressources. Avec ce qu’il possédait, elle pourrait vivre seule sur le territoire après l’avoir supprimé! Elle pourrait peut-être même en obtenir un fils! Malheureusement, James était protégé par deux puissants anges-gardiens: l’ours Albert et l’éléphant Victoria. James ne verrait pas Annie venir avant qu’il ne soit trop tard, mais Albert et Victoria, beaucoup plus expérimentés, oui. Annie ne put donc pas utiliser tous ses fabuleux pouvoirs contre James. Elle en fit par contre suffisamment usage pour que James pense à elle souvent et finisse par se languir, les charmes de Annie lui manquant sans cesse.

Annie espérait que James lui avouerait tout lorsqu’il serait hors de la protection de ses anges-gardiens, mais il n’en fit rien. Au contraire, James se battit! Il combattit son désir de s’accoupler avec Annie avec une étonnante et inconcevable férocité.

Pendant plus de six longues années lunaires, il tenta de la déraciner de son esprit en vain. Pour cela, il combina plusieurs stratégies. D’abord, il appliqua des techniques communes pour réduire son désir de s’accoupler en général. Il tenta aussi de réduire le besoin d’une partenaire pour la vie dans son territoire. Pour ce faire, il passa un temps incalculable à apprendre à sauter, pour compenser son cou trop petit. Ses anges-gardiens furent fiers de ses prouesses, car ses sauts lui permettaient d’atteindre la nourriture que son cou rendait inaccessible. Mais seraient-ils aussi fiers s’ils savaient la véritable raison de sa détermination? James aussi était fier de ses prouesses, assez qu’il s’amusait parfois à les écrire dans les airs, sous la forme de signaux de fumée. Parfois, il se demandait s’il ne faisait pas ça pour qu’Annie les capte et soit impressionnée. Enfin, James appliqua de douteuses techniques de son crû pour réguler les images mentales produites par Annie.

Aucune des techniques qu’il employa ne firent appel à des substances capable d’affecter le fonctionnement de son cerveau. Il s’en tenait par principe à des techniques naturelles. Certaines de ces techniques se qualifiaient de douteuses non pas à cause d’un danger qu’elles pourraient causer à lui-même ou à d’autres mais parce qu’il les développait lui-même, sans bases théoriques suffisantes pour s’assurer de leur efficacité.

C’est seulementt pendant un voyage à plus de 3000 kilomètres de son territoire qu’il trouva enfin quelque chose pour lui venir en aide. Là où il alla avec ses anges-gardiens, il vécut certains moments de solitude tandis qu’il se trouvait hors de leur protection. C’est là que le soleil lui tapa le plus fort sur la peau mais aussi l’absence des charmes d’Annie le fit souffrir. James n’en pouvant plus, il demanda à l’univers de lui donner une arme lui permettant de se débarrasser d’Annie et dans le pays magique où il se trouvait, il fut exaucé. Il revint donc dans son territoire avec ce qu’il faut pour terrasser Annie et put alors vivre en paix, pas tout à fait heureux car accablé par des soucis sans cesse croissants mais conscient qu’avec Annie, ça aurait pu n’être que pire!

La technique utilisée par James est toute simple. Il lui a suffi d’appliquer une série de transpositions. Chaque fois que James pensait à Annie, il la remplaçait par au moins deux autres personnes qu’il connaissait. S’il visualisait Annie l’aidant à attraper de la nourriture, il pensait à ses anges-gardiens pouvant l’aider dans cette tâche quand ils venaient le visiter. S’il pensait à Annie lui offrant de monter sur son dos, il pensait à ses anges-gardiens ou d’autres membres de son espèce lui offrant le même service, et se rendait compte qu’il n’aurait pas vraiment apprécié faire ainsi. La présence de ses proches étant bien plus réelle que les hypothétiques services d’Annie, les images mentales de ses proches devinrent plus fortes que celles de Annie et son esprit réduisit la priorité d’Annie, lentement, progressivement, sûrement et simplement. C’est comme ça qu’on fait ça, s’amuse-t-il à dire souvent, du vrai travail de pro!

Par contre, James dut pendant longtemps continuer à réduire son besoin de s’accoupler et son besoin d’une partenaire, car il sentait toujours les images d’Annie en lui. Il se savait aussi vulnérable à d’autres semblables à Annie; d’autres pouvaient déceler sa faille et s’y engouffrer. En particulier, James eut une tache mauve sur sa paeau quelques temps après son retour de voyage. Selon ses confrères, cette tache était très difficile à enlever. James savait qu’Annie l’aurait aidé à s’en débarrasser et pour cela, il voulut la traiter lui-même avec une ténacité sans faille. Il passa donc des jours et des jours, sans arrêt, à se lécher la peau, jusqu’au sang, même, et il finit un bon moment, à bout de souffle, par s’en débarrasser.

Ses anges-gardiens constatèrent par contre peu après que sa langue
était rendue mauve. Cela plongea James dans un profond découragement, car James savait qu’avec Annie auprès de lui, sa langue n’aurait pas changé de couleur. Il lui fallut des médicaments, l’aide d’un médecin et plusieurs cycles terrestres pour que
sa langue reprenne une couleur normale. Mais il y parvint.

Annie ne disparut jamais complètement de son esprit, mais elle ne l’obséda plus.